Corruption/Détournements de fonds

L’option de la démission du président Moïse n’a pas été abordée, selon le Premier ministre nommé Lapin

Publié le 2019-06-10 | Le Nouvelliste

Le deuxième rapport de la Cour des comptes qui accuse l’homme d’affaires Jovenel Moïse, président d’AGRTRANS S.A. de détournements de fonds, ne convainc pas le Premier ministre nommé. Pour Jean-Michel Lapin, seul un «rapport réel avec les arrêts de débets» de la CSCCA sur le dossier de PetroCaribe peut nous amener à engager la responsabilité morale du chef de l’État dans l’utilisation de ce fonds.

Intervenant lundi matin sur radio Magik 9 au lendemain des importantes manifestations de rues à travers le pays contre le président Jovenel Moïse, le Premier ministre nommé estime que  le deuxième rapport d’audit de la Cour supérieure des comptes sur l’utilisation du fonds PetroCaribe n’est pas réel à cent pour cent. « Parce que si nous restons dans les procédures, je pense que quand le Sénat prendra connaissance du rapport de la Cour des comptes, après un vote de l’assemblée, il devait le retourner à la Cour des comptes pour finaliser le travail », a-t-il dit.

« Le premier tribunal qui doit se constituer sur les crimes financiers relatifs aux fonds publics c’est le tribunal de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif », a affirmé M. Lapin.  Selon lui, à moins que la loi en la matière ait été modifiée. Sinon, a-t-il soutenu, la Cour des comptes doit commencer à auditionner les responsables des firmes, les ordonnateurs et émettre des arrêts de débet.

En revanche, Jean-Michel Lapin a fait savoir qu’il n’a pas encore reçu le deuxième rapport de la Cour des comptes.

La Constitution dit comment un président doit donner sa démission, rappelle Jean-Michel Lapin 

De plus en plus de voix s’élèvent dans la société pour exiger un changement de système. Des dizaines de milliers de gens ont gagné les rues à Port-au-Prince et dans des villes de province dimanche pour exiger la démission de Jovenel Moïse accusé d’avoir lui aussi participé à la dilapidation du fonds PetroCaribe. Le Premier ministre nommé n’est pas insensibles par rapport à cette demande. Mais il y a un mais pour lui.

« J’ai entendu l’Église catholique, j’ai entendu le secteur privé et j’ai entendu aussi le cri de la population. La Constitution est claire concernant la démission et la fin du mandat constitutionnel d’un président. Restons dans la Constitution, restons légal…», a soutenu Jean-Michel Lapin.

Interrogé pour savoir si c’est la Chambre des députés qui devait engager la mise en accusation du chef de l’État, Jean-Michel Lapin a rétorqué pour demander « à partir de quel chef d’accusation » la Chambre des députés va-t-elle mettre le président en accusation ? « Ce n’est pas un bon matin que le Parlement va se constituer en un tribunal de destitution d’un président de la République », a-t-il ajouté. 

Pour ceux qui exigent la démission de Jovenel Moïse sur la base de son implication dans le dossier de PetroCaribe, Jean-Michel Lapin se demande si l'on ne devra pas attendre la fin de son mandat pour poursuivre le citoyen Jovenel Moïse.

La question de la démission du président n’a jamais été évoquée dans ses discussions avec Jovenel Moïse, a fait savoir M. Lapin.

Face à la dégradation accélérée de la situation économique et sécuritaire du pays, le Premier ministre nommé a souligné que pour aborder ces problèmes il faut d’abord avoir un gouvernement ayant la bénédiction du Parlement.

Pendant trois fois, Jean-Michel Lapin n’a pas pu présenter l'énoncé de sa politique générale au Sénat. Pour le Premier ministre nommé, il y va de la responsabilité du Parlement de sanctionner sa politique générale. Il se dit prêt à répondre à une quatrième invitation du Sénat.

Plus de deux mois à la Primature depuis qu’il a été nommé tour à tour Premier ministre par intérim et Premier ministre nommé, Jean-Michel Lapin a dit gérer depuis l’héritage du gouvernement précédent. Il a dit vouloir donner une autre orientation à la Primature.

Selon lui, la Primature coûte trop cher au Trésor public. Toutefois, quand on lui a demandé s’il compte, comme l’ancien Premier ministre Jean-Henry Céant l’avait annoncé, réduire de 30% le budget de la Primature, M. Lapin a fait savoir que Céant avait fait une anticipation. « Techniquement, la réduction d’un budget veut dire un budget rectificatif qui doit passer devant le Parlement pour un vote. Aucun Premier ministre ne peut réduire de 30% son budget pendant que le budget est en exécution », a expliqué Jean-Michel Lapin. Toutefois, il a souligné avoir réduit les dépenses de son administration.

Ce lundi 10 juin, les activités économiques, les écoles, le transport en commun ont été sévèrement affectés par la grève. Jean-Michel Lapin, très critique à l’endroit des initiateurs de la grève, se demande si les enfants des syndicalistes ne sont pas scolarisés dans des écoles à l’étranger alors qu’ils empêchent les enfants haïtiens de boucler l’année scolaire.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".