Parlement haïtien

« S’il y a encore un président de la République dans ce pays, que des dispositions soient prises », tonne Gary Bodeau

La séance de mise en accusation du président de la République Jovenel Moïse, mise en continuation la semaine dernière, n’a pas pu être reprise comme prévu, le lundi 12 août 2019 à la Chambre des députés. Un problème de quorum a contraint le président de la Chambre basse à mettre, une nouvelle fois, la séance en continuation. Monsieur Bodeau était très remonté contre les responsables de la sécurité du pays qui n’ont pas fait assez pour garantir la sécurité du Parlement en ce jour très important.

Publié le 2019-08-12 | Le Nouvelliste

Au lieu de saffronter dans la salle de séance à coups d’arguments, les députés qui ont voulu être ponctuels le lundi 12 août 2019 au Parlement haïtien pour participer à la reprise de la séance de mise en accusation du président de la République ont dû affronter d’abord la colère de quelques dizaines de manifestants, réunis sous les regards un peu passifs des policiers déployés dans la zone. Ce courrroux, le député de Fort-Liberté Rube Jacquelin peut en témoigner pour avoir essuyé des jets de pierres devant le Parlement.

Bref, derrière les murs du Parlement, la menace des manifestants c’est comme du passé et dans la salle de séance des députés on parle des trois vitres brisées du véhicule du député comme d'un sujet de rigolade.

Dans cette ambiance de divertissement, on ne se soucie pas trop du temps qui passe. À 4 heures 27, le président Gary Bodeau rentre dans la salle. Après quelques touches dans le système de sonorisation, vient le premier appel nominal.

La secrétaire sténographe dénombre 54 députés dans la salle mais les députés demandeurs de mise en accusation s’y opposent et clament qu’il y a 47 députés. C’est le début des premières hostilités. Peu importe 47 ou 54 présences, le président Gary Bodeau est bien obligé d’attendre 30 minutes encore pour passer à un deuxième appel nominal. C’est fait. A la surprise de plusieurs parlementaires, les secrétaires parlent de 60 députés présents et le président Gary Bodeau lance : « Merci, le quorum étant constaté, je déclare reprise la séance de mise en accusation du président de la République ».

A ce point, les députés de l’opposition s’apprêtent à peine à protester pour exiger la présence de 80 députés dans la salle bien avant la reprise de la séance, lorsque Gary Bodeau ajoute : « J’appelle les présidents des trois blocs pour consultations ».

Après 10 minutes de tête-à-tête, le président Gary Bodeau met de l’ordre dans la salle et passe la parole au député de La Chapelle Hermano Exinord. Ce dernier plaide pour un huis clos, question de permettre aux députés de débattre entre eux. Mais ce huis clos n’a pas sa raison d’être selon le député de Bassin-Bleu Denis Saint-Fort. Ce vieux de la vieille promet, à lui seul, de faire venir 13 députés afin de satisfaire la soif d’une salle comble des députés de l’opposition.

On se moque de lui dans la salle. Le président Gary Bodeau reprend la manche et confie : «  Vu qu’il n’y a pas de sérénité dans la salle et dans les environs du Parlement, la séance est, une nouvelle fois, mise en continuation ».

Selon le président, il a pris cette disposition pour protéger tous ceux qui fréquentent le Parlement face à « l’incapacité des forces de sécurité de l’Etat à garantir un climat de sécurité pour la tenue de cette séance ». « S’il y a encore un président de la République dans ce pays, que des dispositions soient prises », a fulminé Gary Bodeau.

Cette sortie du député Gary Bodeau critiquant le pouvoir ne peut que « conforter l’opposition dans sa démarche de mettre en accusation le président de la République », estime Abel Descolines qui y voit un énième support. Même réaction de la part du député de Pétion-Ville Jerry Tardieu qui se questionne sur le fait que l’exécutif ne parvient même pas à sécuriser le Parlement pour la tenue d’une séance aussi importante.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".