VODOU/CULTURE/SANTE MENTALE

Vaudou et psychiatrie en Haïti : une question qui suscite beaucoup de débats

Dans le cadre du «Congrès neurologie psychiatrie/Haïti-Québec», le Dr Marie Ange Jean-Fils, le Dr Ghislaine Adrien et la mambo Euvonie Georges Auguste, en collaboration avec l’Association médicale haïtienne (AMH), ont organisé le mercredi 8 novembre 2017, à l’hôtel El Rancho, une conférence sur des thèmes liés à la « Compréhension vaudou des maladies mentales » ainsi que « Vaudou et psychiatrie en Haïti ». Avec le Dr Hans Lamarre comme modérateur, ces professionnels en santé mentale ont fait le point sur leurs compréhensions et leurs expériences réalisées dans la pratique de la psychiatrie dans le pays.

Publié le 2017-11-09 | Le Nouvelliste

La pratique du vaudou comme une médecine thérapeutique et curative suscite beaucoup de débats dans la société haïtienne. Les pratiquants du vaudou ne cessent d'affirmer le rôle important que joue la médecine vaudou dans la prise en charge des troubles et/ou des maladies mentales. Ils évoquent bien des éléments aussi bien culturels qu'intellectuels dans leurs interventions en matière de santé mentale. Des psychiatres, psychologues, vaudouisants, quelle que soit leur obédience, se sont questionnés sur l’importance de la religion et de la culture dans le choix thérapeutique des patients. En ce sens, l’hôtel El Rancho a été mercredi le cadre de différentes discussions sur le thème de « Vaudou et psychiatrie en Haïti ».

Intervenant à cette conférence, le Dr Marie Ange Jean-Fils a présenté ses travaux qu'elle a réalisés au centre psychiatrique Mars et Kline au cours des mois de juillet et août 2016 sur plusieurs patients volontaires. Les résultats de ses travaux mettent en relief des facteurs ayant influencé le choix thérapeutique des patients. Elle a trouvé que le niveau de formation académique, la croyance religieuse, le statut économique et social l'environnement et la pauvreté ou l'absence de connaissance en matière de santé et maladie mentales ont justifié le choix thérapeutique des patients. Selon elle, la forte croyance culturelle de la population haïtienne, l'implication du vaudou dans l'expression de la pathologie de ces patients, la caractéristique de leur maladie et leur statut socio-économique influent moins que le conseil des proches ou d'amis dans leur choix thérapeutique.

La psychiatre recommande aux responsables sanitaires d'augmenter le niveau et la formation de la population en matière de santé et de maladie mentales ; de mettre en place un projet thérapeutique pouvant faciliter l’accès au traitement; de rendre accessibles les services et les médicaments en matière de santé mentale à toute la population. Elle exhorte par ailleurs les responsables à déconcentrer les différents services dans ce domaine sanitaire.

Pour le Dr Ghislaine Adrien, qui a analysé le thème « Influence de la culture sur les maladies mentales en Haïti », le rapport entre la maladie et le vaudou est très étroit. Selon elle, 45% de la population n'a pas accès aux soins de santé de base à cause des problèmes économiques, géographiques, et sociaux. Elle a relevé les différents aspects dans la cosmologie vaudou liés à la culture, la provenance géographique et le niveau socio-économique, à savoir, les perditions, les expéditions, le lèt pasé, les maladies surnaturelles, entre autres.

La psychiatre, qui a pris en compte la question du sens dans la maladie mentale, affirme que Haïti compte seulement 5,9 médecins ou infirmières pour 10 000 habitants, et 6,5 professionnels de santé en général pour 10 000 habitants, avec une distribution de près de 75 % de ces prestataires dans le département de l'Ouest. « L'absence d'une politique publique de santé adéquate accentue, de manière considérable, la paupérisation de la population, et favorise le clivage social », a-t-elle déclaré, soulignant que nous vivons dans une société où les inégalités sociales sont trop criantes.

De son côté, la mambo Euvonie Georges Auguste parle de la médecine vaudou qui, selon elle, traverse l'humain dans toutes ses composantes car elle utilise des méthodes à la fois scientifiques et spirituelles. La pratiquante du vaudou dit intervenir dans des maladies mentales telles que la névrose, la psychose, la cleptomanie, la psychopathie, la folie, le déséquilibre mental et d'autres troubles de comportement. « Ce qui importe le plus dans le vaudou ou la spiritualité est le bien être de l'autre. Le médecin traditionnel va puiser dans les connaissances acquises et transmises au fil de ses sacerdoces pour ausculter toutes les composantes de l’être humain en vue de déterminer le type de traitement approprié », a-t-elle fait savoir.

D'après la mambo Euvonie, qui est intervenue sur la « conception vaudou dans la maladie mentale », le traitement psychophysique est constitué de prières, de libations, de rituels spécifiques, de bains traditionnels et de la prise en charge. « L'apport du houngan ou de la mambo veille à l'équilibre des familles pour la santé mentale des enfants. Il intervient dans la prise en charge spirituelle en faisant usage des disciplines scientifiques comme la psychologie, la psychanalyse et la psychiatrie. »

Ainsi, des participants plaident pour une collaboration et une symbiose entre les pratiquants du vaudou et les psychiatres, psychologues et autres professionnels de santé dans le but de réduire et d’éradiquer les préjugés sociaux en matière de soins dans cette sphère sanitaire. « Certaines personnes ne veulent pas fréquenter des centres psychiatriques par préjugé social. D'autres ne veulent pas fréquenter des houngans ou des mambos parce qu'elles croient que c'est une religion du diable », ont souligné des participants. Les professionnels en santé mentale aussi bien les vaudouisants disent épouser les méthodes scientifiques dans leur prise en charge thérapeutique.

Woody Duffault woodyduffault@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".