À Gabriela et Lory-Anne les couronnes de Miss Haïti 2019 !

PUBLIÉ 2019-07-19
Gabriela Clesca Vallejo et Lory-Anne Charles sont respectivement sacrées Miss Universe Haiti 2019 et Miss International Haïti 2019, dans la soirée du jeudi 18 juillet 2019 au NH El Rancho à Pétion-Ville. Si la première aura à représenter le pays au concours de beauté le plus prestigieux du monde (Miss Universe), la seconde, quant à elle, fera flotter le bicolore haïtien à Miss International. Retour sur une soirée où deux reines ont été consacrées.


Jeudi 18 juillet 2019. À l’hôtel El Rancho, tout est déjà fin prêt pour la grande finale de Miss Haiti. Le tapis rouge étalé dans le hall sur lequel hommes et femmes (sapés comme jamais) défilent présage d’une soirée chic et choc. Dans la cour de l’établissement aménagée pour l’occasion, avec les tubes d’antan faisant gronder les haut-parleurs, cela se joue un peu à l’ancienne. Emeline Michel roucoule dans « Flanm » avant de céder sa place à Jacqueline Denis pour « Ankò ankò ». Ces morceaux, entre autres, égrénés par le dj auront le mérite d’avoir aidé ce beau monde à poireauter pendant deux heures et 12 minutes. Pour une soirée prévue pour 19 heures, on a encore donné raison au fameux « Ayisyen pa janm fè anyen a lè ». Prévoir l’événement à 21 heures aurait été suffisant. Amplement.

La voix de Stanley Figaro brise enfin l’impatience. Du backstage, il scande un « Madame, monsieur, bienvenue à la grande finale de Miss Haïti 2019 », le temps que les élues du jour prennent place sur un stage plongé dans le noir. Et, en l’espace d’un cillement, les lumières s’allument sur les postulantes qui brillent de mille feux dans un costume scintillant. Sourire figé sur les lèvres, les cheveux « straight » au vent, elles exécutent une chorégraphie de quelques minutes sur les airs de « Rhythm of the night » sous les applaudissements du public. Sous les directives des deux MC de la soirée, elles sont peu après invitées à se présenter, puis à quitter la scène avant d’y revenir pour le traditionnel défilé en bikini et celui en robe de soirée. Le temps pour des artistes comme Baby Joe, Fritzoe du groupe Next Level, J3 de combler ce vide dans l’interprétation de deux morceaux ou, comme Atys Panch et Cantave K., de glisser quelques vannes pas toujours intéressantes... Pour un public que les prestations laissent pratiquement de marbre. Les spectateurs n’ont d’yeux que pour les Miss on dirait. À l’exception de la prestation de P-Jay et de Rayyy Raymond qui soulève beaucoup plus de réactions.

Vers le couronnement

Le suspense est à son paroxysme. S’en vient le choix du top 8 qu’un jury composé de Valéry Vilain, Clara Luce Lafond, Cristhian E. Puesan, Chantal Volcy Céant, Ange Bellie Andou, Joelle Apollon Hudicourt et Mackenson François a présélectionné. Raphaella Célestin, Pascale Belony, Régine Amanda Métayer, Winy Lundi, Lory-Anne Charles, Gabriela Clesca Vallejo, Eden Berandoine et Asie Ledoux sont donc celles qui chemineront vers le Top 5 et les deux couronnes. Des questions à caractère social posées à chacune d’entre elles facilitent partiellement le choix des membres du jury, car certaines candidates, les locaux surtout, sont tout bonnement passées à côté, avec des réponses tirées par les cheveux. Au final, la sororité des 5 porte véritablement la marque des filles issues de la diaspora haïtienne (4 au total), Gabriela (Miss Universe Haiti), Lory-Anne (Miss International Haiti), Régine (1re dauphine), Pascale (deuxième dauphine), visiblement mieux préparées pour un concours pareil. Eden (3e dauphine) demeure, de fait, la seule résidente au pays qui a fait le poids. 

La bourde de Viannye Ménard 

« Nous demandons aux autres candidates qui ne sont pas sélectionnées de quitter la scène ! » L’injonction qui tue. Ces propos de Viannye Ménard a sonné le glas, qui pis est à deux reprises, des 8 autres postulantes consommant tout juste la fin de leur aventure à Miss Haïti. Une mauvaise formulation de la part d’une ancienne Miss qui, sans doute, connaît tout le suspense et toute l’émotion que peut charrier un moment pareil. C’était gênant, inélégant et incorrect de ta part Viannye.

Roody Roodboy, le choix idéal ?

On aurait même pu comprendre pourquoi Yves Léonard paradait comme un paon parmi le public, quand on sait que le bourreau de la mairesse Nice Simon n’a jamais été inculpé par la justice. Et, lorsqu’on sait également que monsieur a peut-être payé son billet à l’instar de tout spectateur lambda, sans forcément avoir été invité par l'organisation... Du moins, pour ce dernier cas, on l’espère, même si on l'avait vu en backstage... Mais quand on programme Roody Roodboy dans un événement valorisant les femmes, les internautes et les personnes présentes n’ont pas tardé à faire sentir leur mécontentement. « C’est inacceptable. Il semble qu’on a oublié son histoire avec Rutshelle », a laissé entendre une dame de l’assistance, dans un soupir. Pour la huitième édition de Miss Haïti, le choix des artistes doit aussi faire partie du show, afin de ne pas ruiner tant d’efforts et de sacrifices consentis.



Réagir à cet article