ChampJoma : le football comme engagement social

PUBLIÉ 2019-02-18
À l’initiative de Skyboul, une entreprise qui se propose d’offrir un espace de jeu à certaines équipes de football, ChampJoma, un championnat de foot mettant en vedette diverses entreprises privées de la place sera lancé au cours du mois de février. Le but : faire don de deux équipements au complet à 2 équipes d’enfants des zones logeant chacune de ces institutions.


L’attachement de Jacques Bourjolly, responsable de Skyboul, aux enfants s’est matérialisé en Skyboul, puis en ChampJoma. Voyant la difficulté de certaines équipes (d’enfants) défavorisées à accéder à un espace de jeu adéquat, Kako va trouver les Thébaud et leur fait part de son projet. Ainsi, sur le toit du building de la CKT Dance, après une ascension de plus d’une cinquantaine de marches, le terrain de foot de Skyboul crèche paisiblement. C’est là que ces talents en herbe du ballon rond viennent tous les samedis et dimanche goûter au plaisir de taper dans une balle, sur un terrain bien aménagé. Et, c’est là également que se jouera ChampJoma pendant 2 jours entre Ticket, Nissan, Casami, Autoplaza, Délimart, USL Logistic et le Group Brandt. « Avec l’argent collecté durant les inscriptions, on offrira des équipements de la marque Joma à deux équipes proches de ces compagnies de concert avec les coaches », explique le comédien.

ChampJoma se révèle être une façon pour M. Bourjolly de s’engager en tant que citoyen haïtien et de s’impliquer dans le social. « Même si je suis réputé comme comédien, je me suis toujours investi dans le social... des bancs du Collège Canado-Haïtien jusqu’à aujourd’hui. De fait, avec ce championnat et Skyboul, je m’implique davantage dans un pays comme le nôtre en proie à la misère, au chômage. Parce qu’on peut via le football, offrir d’autres alternatives aux jeunes d’Haïti. On se sert du sport pour réunir les enfants et leur inculquer d’autres valeurs », précise Kako, très apprécié par les petits.

Si Skyboul n’a rien à voir aux terrains de foot traditionnels, M. Bourjolly rassure que son espace répond aux règles et aux normes du foot pratiqué en salle. « Il est vrai que c’est très loin d’un terrain de football, mais c’est un terrain standard pour le futsal. Des grands joueurs comme Neymar ou James Rodriguez, venant de milieux pauvres, sont passés par le futsal. Cette discipline sœur du football leur donne beaucoup plus de techniques, de rapidité et de force. Donc, les enfants peuvent apprendre beaucoup de techniques ici qui leur serviront sur un grand terrain de foot », indique-t-il.

Dans une date qui sera communiquée sous peu, ChampJoma donnera son coup d’envoi à Pétion-Ville, au cours du mois de février. Les matches se joueront pendant 15 minutes entre des équipes de 5 joueurs (gardien y compris) et les changements se feront de façon illimitée.



Réagir à cet article