Sébastien Pétion plus grand dans les annales du basket haïtien

Après avoir guidé l’équipe de Diri Méga, le 2 juin au CFC, à la victoire au championnat de l’ASHBAC contre Apollo All Stars, il ne fait que confirmer sa belle et grande place dans les annales du basket-ball haïtien. Très enthousiaste, Sébastien Pétion, détenteur de quatre titres, a accepté volontiers de répondre aux questions du Nouvelliste.

Publié le 2018-06-13 | Le Nouvelliste

Sport -

Le Nouvelliste : Faites nous part de votre palmarès ?

Sébastien Pétion : J’ai remporté le championnat de l’ASHBAC à quatre reprises. Je l’avais gagné en 2013 comme joueur avec l’équipe des Produits Bongu. À l’issue de ce championnat, j’ai été désigné MVP de la saison et de la finale. Les trois autres titres, je les ai remportés entant qu’entraîneur en 2016 avec l’équipe de Bongu, en 2017 avec la Natcom et en 2018 avec l’équipe de Diri Méga. En passant, j’ai été encore joueur au sein de l’équipe de Bongu, nous avions été battus en 2014 par l’équipe de Marché Ti Tony en finale, et l’année suivante (2015), nous étions éliminés en demi-finale. Je me suis dit, il fallait mettre un terme à l’hégémonie de cette équipe dans la compétition. Pour y arriver, j’ai pris la ferme décision de devenir entraîneur, car j’avais déjà la formule pour surclasser les autres équipes. En fait, il me manquait un peu de charisme et d’expérience. Dès ma première saison comme coach, j’ai mis tout le monde d’accord. Avec l’équipe de Méga, je viens tout juste de gagner mon troisième trophée.

LN : Pourquoi faites-vous le choix de Diri Méga ?

SP : Après le retrait de la Natcom, j’ai été contacté par une pléiade d’équipes afin de voler à leur secours. J’ai dû refuser ces offres. Cependant, j’ai choisi de prendre les rênes de l’équipe de Diri Méga pour des raisons diverses. Vous savez, avant mon arrivée, qu’elle avait perdu trois fois en finale. Je me suis dit, il fallait relever ce défi. En dépit de ce drame, l’équipe de Méga n’a jamais baissé les bras, elle est toujours parmi les premières équipes ayant repris le chemin des entraînements pour préparer la prochaine édition de l’ASHBAC. À distance, j’ai apprécié le courage et le caractère des responsables. J’ai pu constater qu’ils ont la même philosophie et la même vision que moi. Tout cela m’a stimulé d’accepter ce challenge. En fait, j’avais une énorme envie de faire la route avec eux.

LN : Comment expliquez-vous la mauvaise entame de saison de votre équipe ?

SP : Nous avons baissé pavillon face aux équipes de SOGEBANK et d’Apollo All Stars. Malgré ces deux défaites, j’ai été confiant que nous pouvions remporter la compétition. Dans la foulée, j’ai essuyé pas mal de critiques. Cette situation nous a motivés de travailler dur à l’entraînement. Toujours est-il que j’ai appris beaucoup de choses au terme de ces deux défaites. J’ai appris qu’il a fallu inculquer la notion de victoire à mes joueurs. Ces derniers doivent savoir jouer pour battre leurs adversaires. En somme, ce très mauvais début de saison nous a aidés à pointer du doigt nos points faibles. Au second tour, nous avons surclassé les équipes de SOGEBANK (écart 43 points) et de la Police nationale (écart 37 points). Idem pour l’Ona (89-65 et 94-67) que nous avions écartée en demi-finale. Vous étiez là, Apollo n’a pas pu résister à l’assaut de Diri Méga (72-52 et 75-54) en finale. Nous avons monté en puissance pour nous adjuger le titre.

LN : Vous répondez quoi à certains détracteurs disant que vous ne faites que venir avec les joueurs de la Natcom pour permettre à Méga de ravir la 10e édition de l’ASHBAC ?

SP : En 2014 et 2015, nous n’avions pas gagné le championnat de l’ASHBAC, et ce malgré la présence de ces mêmes joueurs. Quatre ans plus tard, six d’entre eux sont restés avec moi. Au sein de Méga, j’ai conservé sept joueurs. Ces gens doivent avoir le courage de dire que j’ai apporté à cette équipe mon leadership, mon expérience de haut niveau et mon charisme. Nous n’avons pas les meilleurs joueurs de la compétition. Cependant, j’ai su comment utiliser ceux qui ont accepté que je sois leur entraîneur.

LN : Vous venez de remporter un troisième titre, mais avec trois équipes différentes. Êtes-vous un globe-trotteur ?

SP : Non. J’ai passé 5 ans au sein de l’équipe de Produits Bongu. En 2016, après avoir gagné le titre avec l’équipe des Produits Bongu, elle s’était retirée de l’ASHBAC. La même chose, contre ma volonté, sest produite avec la Natcom en 2017. Que voulez-vous que je fasse ? Devrais-je arrêter de coacher dans la compétition ? Que je sache, je dois continuer, et c’est ce que je fais en prenant les commandes de Diri Méga. Pour vous répondre, je ne suis pas un globe-trotteur.

LN : Tout laisse présager que vous allez entraîner une nouvelle équipe pour l’édition 2018 – 2019 de l’ASHBAC. Vous en dites quoi ?

SP : Détrompez-vous. Ma réponse est négative. En fait, l’équipe de Diri Méga reste dans la compétition. J’ai reconnu qu’il y a pas mal de dirigeants qui souhaiteraient que je prenne les rênes de leurs équipes. J’ai été catégorique, non. Je reste à Méga même si l’équipe de Bongu, dont je suis membre fondateur, faisait son come-back dans la compétition. Ils n’ont pas besoin de perdre leur temps. Cependant, si Méga décidait de résilier mon contrat, il serait normal que j'accepte d'autres propositions.

LN : Comment voyez-vous un possible retour des géants de l’ASHBAC l’an prochain ?

SP : Ce serait avec plaisir de jouer contre les grands. Que je sache, le niveau de la compétition monterait en puissance. Il serait plus difficile de remporter la compétition. Ces grands que vous évoquiez, ils veulent aussi de moi. Avec le système que j'ai mis en place, ils auraient beaucoup de difficultés à battre mon équipe. Sans vous mentir, mes challengers ont beaucoup de travail à faire pour qu’ils puissent suivre mes traces.

LN : Comment voyez-vous Ashley Prudent Salomon, celui que vous avez battu deux fois en finale ?

SP : Il est un jeune coach très fougueux, déterminé à apprendre, et veut gagner. Cependant, il lui manque un peu d’expérience et il faut qu’il ait la culture de gagner. En revanche, je reconnais qu’il a la potentialité pour devenir un excellent coach.

LN : Les responsables de la Fédération haïtienne de basket-ball (FHB) vous ont-ils déjà approché ?

SP : Permettez-moi de saluer le travail de ces responsables au sein du bureau fédéral. Sous la recommandation de la FHB, je travaille avec les jeunes pousses au centre sportif Dadadou et au Centre Sport pour l’Espoir d’Haïti (CSEH). Je ne fais que du bénévolat. J’ai trois garçons, je ne cesse de travailler avec eux aussi. Je leur ai appris le basique du basket. Croyez-moi, j’aime ce que je fais comme travail. Entre 2026 à 2028, Haïti aura une solide sélection, comprenant des joueurs locaux, capables de damer le pion aux meilleures sélections de la région.

LN : Ne comptez-vous pas partager votre savoir-faire avec plus de jeunes possible?

SP : Bien sûr ! En effet, Pétion Basketball Academy organisera, sur demande de plusieurs parents, un camp d’été du 2 juillet au 3 août (de 8 heures du matin à 13 heures) au local du Collège Catts Pressoir au profit des enfants, âgés de 7 à 17 ans. Permettez-moi de laisser les numéros de téléphone suivant : 3702 5684 et 4049 5684. En passant, je souligne qu’avec l’équipe junior de Catts Pressoir, cette année, nous avons remporté le championnat de l’ASI et la compétition d’élite des écoles, organisée à l’Institution Saint-Louis de Gonzague.

Le Nouvelliste : S’il faut ajouter un dernier mot, vous direz quoi au juste ?

Sébastien Pétion : Je remercie les responsables de Diri Méga, mes joueurs, mes fans et ma famille. Comment oublier Le Nouvelliste pour cette entrevue. Vu mon statut de joueur d’échec, j’aime le challenge. Ce serait avec plaisir d’affronter les équipes les plus difficiles à battre.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".