L'OJEC, un outil pour encourager l’entrepreneuriat aux Cayes

De jeunes hommes et femmes d’affaires ont procédé le samedi 23 décembre à l'hôtel Le Recul, à Camp-Perrin (département du Sud), au lancement des activités de l’Organisation des jeunes entrepreneurs des Cayes (OJEC). Cet organisme est un outil entièrement dédié aux jeunes entrepreneurs œuvrant au développement économique régional.

Publié le 2017-12-28 | Le Nouvelliste

Economie -

Cette organisation, créée par des jeunes et pour des jeunes, se donne pour mission d’encourager le leadership local via une expertise centralisée à l’échelle d’une ville, d’une région et, à l’avenir, à l’échelle nationale. Selon Ady Frite Estimé, président de l’Organisation des jeunes entrepreneurs des Cayes, l'OJEC est une société d'accompagnement à l'autocréation d'emplois basée pour l’instant dans la ville des Cayes. Cette institution a développé des outils et des services adaptés pour les starters afin de les aider à bien préparer leur projet, à prendre un risque mesuré et apaiser les craintes que tout jeune entrepreneur doit affronter.

«Nos experts et conseillers suivront les porteurs de projet dans les étapes de préparation et de lancement de leur projet. En préparant avec eux leur projet, l’OJEC les aide à entreprendre durablement et avec succès. Nous allons aussi offrir des séances de formation gratuites aux membres sur l’entrepreneuriat et le leadership, des débats et conférences avec des leaders et des entrepreneurs modèles du secteur privé, public et de la société civile, l’idée est de développer l’entrepreneuriat et le leadership local de manière à créer une chaîne de transmission génération après génération», dit Ady Frite Estimé, qui confie que face à une jeunesse en quête d’emplois et en manque de modèles d’inspiration, l’organisation compte s’investir à recruter de jeunes entrepreneurs autour d’un leadership dynamique basé sur des résultats concrets à impacts durables.

Plus loin, le président de l’OJEC a ajouté que l’institution qu'il dirige entendait surtout accompagner la mise en place pratique de stratégies business à travers des projets pouvant impliquer les jeunes de manière concrète selon le secteur de développement à travers des projets innovants et accessibles qui ne demandent qu’à être déployés.

«Les projets doivent être pertinents, innovants, utiles et profitables à la communauté. Aussi mettons-nous beaucoup l’accent sur le capital humain, car le plus grand capital pour réussir est l’être humain», a dit le finaliste 2011 de Digicel entrepreneur, qui révèle avoir des connexions avec des entrepreneurs étrangers pour rendre concret ce projet, car, dit-il, il avait fait l’invitation à quatre entrepreneurs américains venus du Texas qui ont visité cette année le pays pour étudier la possibilité d'investir dans le secteur agricole en Haïti.

Quant à Marie-Claudine Richemond, responsable des relations publiques de l’OJEC, elle a fait savoir qu’avec la validation des compétences à entreprendre du porteur de projet, une formation dispensée par une équipe pluridisciplinaire et expérimentée, un suivi et un accompagnement collectif et individualisé, la création d'un réseau de créateurs, le suivi des activités créées sera disponible pour accompagner les porteurs de projet avec l'ambition de faire évoluer les mentalités, de développer le potentiel humain, de responsabiliser les créateurs et d'augmenter leur capacité à s'entourer et à devenir autonomes et créatifs.

« On veut aider chaque jeune entrepreneur du département du Sud à être des citoyens autonomes. Notre vision est d’avoir de jeunes entrepreneurs ambitieux, qui puissent concevoir des projets viables, créer des emplois pérennes, générer des revenus, et soucieux de « passer le témoin » à d’autres générations», dit Marie Claudine Richemond, soulignant que pour l’instant, les actions de l’organisation seront centrées dans le département du Sud. Leur objectif est de répliquer ce modèle à travers les dix départements géographiques d’Haïti.

Amos Cincir
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article