Tout bouge autour de Dany Lafferrière

Culture -

Des rêves sont devenus des nuages de poussière après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, en moins d'une minute. Tout a été secoué. «Certains voient s’envoler le travail de toute une vie». Des témoignages sans réserves nous ont glacés, des histoires effrayantes vues et vécues ont été rapportées sans lyrisme pour un peuple duquel Paul Morand avait dit que tout finissait chez lui par un recueil de poèmes. Aussi, le sang-froid dont le peuple haïtien a fait montre a etonné plus d’un.

Charles Grey Toussaint chante pour Manno

Culture -

Charles Grey Toussaint chante pour Manno, le grand chansonnier qui vient de rejoindre les grands disparus dans le ciel de nos artistes. Grey, surnommé One man Charles, dégage toute sa passion pour Joseph Emmanuel Charlemagne (Manno) sur ce disque qui traîne en studio depuis 2013 dans le cadre de la préparation de son premier album solo qui sortira probablement cette année. Il confie que « Manno, ce chanteur engagé qui est mort le 10 décembre de l’année dernière, était un artiste pas comme les...

Agenda

Culture -

Fokal | Projection

La Fondation connaissance et liberté (Fokal) accueille, ce jeudi 18 janvier 2018 à 18h, en collaboration avec le festival Les Lumières du Sud – Rencontres cinématographiques de Jacmel la projection du film DREAMSTATES de Anisia Uzeyman.

Centre Penn Gonaïves | Conférence

Le Centre Penn des Gonaïves organise, ce samedi 20 janvier 2018, en partenariat avec l'Alliance française, une conférence autour du thème : « Mizik : yon zouti anplis nan batay pou libète b...

Ayiti mon amour, grande première à Jacmel

Culture -

Le soir venu, on s’était retrouvé au stade de Cayes-Jacmel comme prévu. Ce n’était pas tout à fait un stade mais la pelouse était large et verte. Des enfants couraient sur la pelouse, nous les adultes causions debout sous la brise au goût de menthe. On s'impatientait de voir le film de la soirée, Ayiti mon amour, déjà immense succès international, projeté pour cette communauté où il a été tourné.

Quelques minutes ont passé, les gradins se sont remplis. Un homme en t-shirt noir a amené...

Emmelie Prophète, sous le regard de Frantz Duval

Culture -

Après avoir lancé ses activités à l’occasion de son 7e anniversaire le dimanche 14 janvier 2018, le club Signet ARAKA a poursuivi la série avec une conférence au ministère de la Culture et de la Communication, ayant pour thème « Portrait d’Emmelie Prophète, femme de presse et de la politique ». Pour dessiner correctement ce portrait, le club a pensé au rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste, Frantz Duval, ami et collègue de la femme de plume, Emmelie Prophète. À travers des mots bie...

Le cri d’Haïti Dansco à Jacmel

Culture -

Le fondateur d’Haïti Dansco, Dieufèl Lamisère, qui avait pris part à un échange interculturel entre artistes haïtiens et dominicains à Santo Domingo en avril 2017, a annoncé, la mort dans l’âme, que sa compagnie de danse se délocalise bientôt pour le Cap-Haïtien, la 2e ville d’Haïti. Il a fait cette annonce à la mairie de Jacmel, le samedi 13 janvier 2018, lors de la remise du Grand prix de la poésie créole Dominique Batraville, organisée par les éditions Pulucià de Jacmel.

Cette a...

Les grandes chansons sur le séisme

Culture -

Roland Léonard

Déjà huit ans depuis cette hécatombe macabre de 300 000 morts ! Que de vies humaines perdues a jamais ! Que de survivants mutilés pour toujours ! Que de pertes de biens précieux ! Que de névroses et même de psychoses en conséquence !

Reconstruction : néant. L’escroquerie la plus cynique où étrangers et haïtiens se sont avilis sans sourciller. Comme des vautours, des buses, des charognards et autres oiseaux de proie de malheur, des êtres sans vergogne se sont abattus...

La sculpture en Haïti au XXe siècle, les peintres-sculpteurs : Jean-René Jérôme

Culture -

Contrairement à Bernard Séjourné, dont les œuvres côtoyaient les siennes dans l’exposition Double Résonance de 1997 au Musée d’art haïtien du Collège St-Pierre, Jean-René Jérôme n’a pas considéré la sculpture comme une simple expérience. Il a été incontestablement un sculpteur accompli. La sculpture, toutefois, ne lui est pas venue d’un coup. On pourrait dire qu’un point de départ a été cette expérience du modelage qu’il a faite en travaillant la céramique avec Jean Claude Garoute (Tiga) et P...

Deux lauréats pour le « Gran pri pwezi kreyòl Dominique Batraville » 2018

Culture -

La 4e édition du « Gran pri pwezi kreyòl Dominique Batraville », remis par les éditions Pulucià, a récompensé deux jeunes poètes : Fred-Edson Lafortune et Max Grégory Saint-Fleur. Les prix ont été décernés ce samedi 13 janvier à la mairie de Jacmel, devant les co-organisateurs de ce concours : l’Alliance française de Jacmel, Akademi Kreyòl Ayisyen (AKA), l’Université publique du Sud-Est, la mairie de Jacmel et le journal Le National.

Les récipiendaires absents, le premier lauréat, qui...

Éclosion de la sensibilité humaine dans le tremblement de terre

Culture -

Claude Bernard Sérant

« J’aurais dû être au cimetière ce 12 janvier 2018. C’est une journée qui m’a terriblement frappé. Je fais un cours d'histoire de l'art au Collège canado-haïtien de dix heures à onze heures du matin. Après le cours, je me rends au cimetière », déclare l’artiste-peintre Jean Ménard Derenoncourt, qui a failli laisser sa peau au cours du tremblement de terre du 12 janvier 2010 en sa résidence familiale à Carrefour-Feuilles, quartier périphérique au sud’est de la z...

Le tremblement de terre à travers les yeux de Simil

Culture -

Wébert Lahens

La « fameuse » journée du 12 janvier 2010 - les 35 secondes fatidiques- chacun de nous l’a vécue, à sa manière. Certains l’ont payée de leur vie. D’autres, encore vivants, se préoccupent autrement. Pour l’artiste-peintre Simil (Emilcar Similien), cela s’est passé autrement.

« J’étais en train de travailler. Je revenais de l’école. J’ai été chercher mon jeune fils. J’étais devant mon chevalet ; il était assis sur mes genoux. J’étais en train de parler à un camarade...

Yanick Lahens : pour nous souvenir de nos « failles »

Culture -

« Le 12 janvier 2010 à 16h 53 minutes dans un crépuscule qui cherchait déjà ses couleurs de fin et de commencement, Port-au-Prince a été chevauchée moins de quarante secondes par un de ces dieux dont on dit qu’ils repaissent de chair et de sang », a écrit Yanick Lahens, à la 12e page de son récit intitulé « Failles » publié aux Éditions Sabine Wespieser en 2010, dans lequel elle mélange réflexions et témoignages des jours qui ont suivi cette tragédie que la génération n’est pas prête d’oubli...

Court-métrage de Kendy Vérilus sur nos disparus du 12 janvier 2010

Culture -

La musique de Manno Charlemagne accompagne « Haïti, l'année zéro » de Kendy Vérilus, un court-métrage produit en 2013. Cette musique plane sur différents quartiers de Port-au-Prince, bas de la ville, Carrefour-Feuilles, Turgeau, Delmas, etc. Le réalisateur de ce documentaire de 61 minutes, tout de suite après le séisme du 12 janvier, avait commencé à capter des images sans avoir l'idée de faire un film documentaire. « Au fur et à mesure que je traversais la ville avec ma caméra je réalisai...

Charge tellurique dans la poésie de Claude Carré

Culture -

12 janvier 2010. Une date qui donne le grand frisson. Une vision d’apocalypse en Haïti. Le poète et musicien Claude Carré, dans son recueil titré « Vents d’Azur », fait revivre la dure journée qui aura marqué l’âme de tous ceux et toutes celles qui l’ont vécue dans leur chair. L’un des poèmes de son premier recueil sorti aux éditions Perle des Antilles, « Cimetière vivant », témoigne cette écorchure vive avec des mots qui font gicler le sang et l’effroi de ces yeux immensément ouverts sur le...

« Ti-Fi» de Saïka Céus en vente-signature: un succès encourageant

Culture -

Ils étaient nombreux à faire le déplacement pour honorer la jeune lauréate du prix littéraire Deschamps 2017.

Saïka Céus l’a remporté haut la main avec forte impression sur le jury par son roman « Ti-Fi» écrit en créole. Il s’agit, dira-t-on, d’une histoire de plus sur l’enfance maltraitée et en domesticité. Oui, mais quelle sensibilité ! Quelles couleurs dans le style ! L’histoire n’en est que plus émouvante, le récit plus pathétique.

Saïka Céus était attablée sur la belle terras...