Cinq mois de formation pour les inspecteurs du travail et de la sécurité sociale

Publié le 2018-07-03 | Le Nouvelliste

Economie -

Un plan national de formation des inspecteurs du travail et de la sécurité sociale est en expérimentation dans le pays depuis le 23 mai dernier.

Il s'étend sur une période de cinq mois et prend fin le 30 septembre prochain.

Son objectif général est de contribuer à l'amélioration des conditions de travail des salariés d'Haïti en renforçant la capacité de contrôle des inspecteurs du travail du ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST), de l'ONA et de l'OFATMA, a fait savoir le directeur adjoint du Travail au MAST, André Ibréus.

Cet élan du MAST de moderniser et de redynamiser l'environnement du travail à l'echelle nationale s'inscrit dans la logique du programme Better Work Haïti (BWH) de l'Organisation internationale du travail (OIT), financé par le Département du Travail américain dans le cadre de la loi HOPE, a fait savoir Teddy Carl Saint-Aimé, de l'OIT, travaillant dans le programme BWH dont la mission est d'améliorer la conformité des entreprises textiles aux normes fondamentales du travail et au Code du travail haïtien.

Pour exécuter ce plan national de formation des inspecteurs du travail et de la sécurité sociale suivant le calendrier préétabli, le MAST bénéficie de l'appui technique et financier de Better Work Haïti. Ce en vue de faciliter l'organisation et la tenue des différentes séances de formation dans toutes les régions du pays, se réjouit M. Saint-Aimé.

« Après ces cinq mois de formation, nous attendons que les inspecteurs apprennent à mener les visites d'inspection et de vérification efficaces et efficients et à maîtriser les normes nationales et internationales relatives aux conditions de travail, entre autres la liberté syndicale, la non-discrimination, l'interdiction du travail des enfants, les relations de travail, la durée du travail, le salaire minimum, les heures supplémentaires, le salaire majoré, la méthode de paiement, les utilisations et déductions, le congé, la sécurité sociale et autres bénéfices, » souhaite M. Ibréus.

Pour sa part, Patrice Michel de PROKONTRA-M qui assure le logistique dans la mise en œuvre du plan de formation dit espérer que l'environnement du travail en Haïti sera vraiment régularisé et que la capacité technique des services d'inspection et de conciliation des bureaux régionaux du ministère des Affaires sociales et du Travail et des services de contrôle de l'ONA et de l'OFATMA augmentera.

Gérard Maxineau gedemax@yahoo.fr Twitter @gedemax Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article