Jack Guy Lafontant est-il sur un siège éjectable ?

Publié le 2018-06-22 | Le Nouvelliste

Editorial -

En Haïti, les regards sont fixés sur la Coupe du monde Fifa 2018 depuis le coup d’envoi le 14 juin dernier. Avec les éclats de Cristiano Ronaldo, la méforme de l’Argentine et le réveil du Brésil, les discussions sont animées. Dans la vie réelle comme sur les réseaux sociaux, il n’y a qu’un seul sujet de discussion : le football. Nos problèmes de tous les jours sont relégués au second plan. Nos dirigeants sont de tout repos pour toute la compétition. Ils n'en demandent pas mieux.

Pendant que les yeux sont rivés sur la Russie, le bureau de la Chambre des députés a choisi de fixer une séance d’interpellation du Premier ministre Jack Guy Lafontant au jeudi 28 juin prochain. La lettre signée du président de la Chambre basse Gary Bodeau a été envoyée au PM le 21 juin en cours. C’est quand même surprenant que le bureau décide de fixer la séance pendant « la fête de la Coupe du monde » alors qu’il sait que les parlementaires sont en vacances jusqu’au coup de sifflet final de la compétition. Dans son discours à l’assemblée nationale à l’ouverture de la 2e session de l’année législative, le président du bureau, le sénateur Joseph Lambert, avait reconnu que la Coupe du monde va avoir des conséquences négatives sur le fonctionnement du Parlement. Ceux qui ne maîtrisent pas la sociologie haïtienne pourraient penser qu’Haïti est représentée en Russie.

Le Premier ministre Lafontant qui, généralement, roule les parlementaires dans la farine lorsqu’ils le convoquent, aura sans doute intérêt à se présenter à la Chambre des députés au jour et à l’heure fixés pour la séance d’interpellation. Il est presque assuré qu’il n’y aura pas de quorum surtout si l’une des équipes que les parlementaires adorent joue ce jour-là. Gary Bodeau le sait aussi. Dans ce cas, on pourrait se demander s’il n’y a pas une certaine velléité pour que la séance ne se tienne jamais.

Avec la solide majorité dont il dispose à la chambre basse, Jack Guy Lafontant ne devrait pas avoir peur de se soumettre au verdict des députés. Une telle séance devrait être une simple formalité pour reconfirmer le PM à son poste. Mais, une séance d’interpellation peut être comparée à un match de football. Il peut y avoir dans les deux cas des surprises. On peut toujours gagner, mais non sans y laisser des plumes.

Si la séance se tient comme annoncée, elle pourra offrir une occasion en or aux députés de l’opposition pour questionner le chef du gouvernement sur son plan pour reprendre le contrôle de Martissant et ses environs qui sont aux mains des gangs armés depuis des mois. Les députés pourront aussi l’interroger sur la mise en application de multiples décrets pris par le gouvernement, notamment celui qui exige que toutes les transactions sur le territoire national se fassent en gourdes, celui obligeant que le chef de la police national ait l’aval du Conseil supérieur de la PNH avant de donner des promotions et de transférer des membres de l’institution. Il y a aussi des mesures prises par des ministères sectoriels qui pourraient aussi intéresser les parlementaires, notamment celle interdisant l’exploitation des carrières de sable à Morne-à-Cabri, celle interdisant l’importation et la vente des produits en foam à travers le pays. Les parlementaires de l’opposition pourraient aussi questionner Jack Guy Lafontant sur le processus de la formation du Conseil électoral permanent et sur les élections indirectes qui n’ont pas été achevées.

S’il est vrai que Jack Guy Lafontant peut compter sur sa majorité à la Chambre des députés, rien ne dit qu’il sera capable d’éclairer la lanterne des députés de l’opposition sur les dossiers qu’ils agiteront. Dans ce cas, mieux vaut programmer la séance d’interpellation en pleine Coupe du monde pendant que la population et les parlementaires ont les yeux et l’esprit ailleurs.

Ses derniers articles

Réagir à cet article