Les documents s’empilent, cri d'alarme des responsables des Archives nationales d'Haïti

Les responsables des Archives nationales d’Haïti lancent un cri d’alarme à l’endroit des autorités étatiques pour doter cette institution d'un bâtiment lui permettant de remplir convenablement sa mission de protection, de préservation et de restauration. Entassé pêle-mêle hors de contrôle des Archives nationales d'Haiti (ANH), gardienne de la mémoire nationale, des documents datés de 1958 frisent la disparition. Cette situation fait l'objet de diverses préoccupations, et constitue, aux yeux de plus d'un, un danger pour la conservation de mémoire du peuple haïtien.

Publié le 2018-06-19 | Le Nouvelliste

Archivistes, bibliothécaires, avocats, ethnologues sont entre autres personnalités qui sont intervenues sur la problématique des archives en Haïti. Abordant les questions relatives à la mission des Archives nationales d’Haïti (ANH), les intervenants ont mis en relief l’incapacité de ladite institution à recevoir des documents durant ces 60 dernières années. D’un commun accord, ces professionnels et spécialistes ont identifié maintes difficultés que connait cette institution étatique, notamment l’absence d’un système d’enregistrement à la naissance, le problème d’espace, de bâtiment, de budget, et d’accès ainsi que l’expansion exponentielle des informations consignées.

« Notre pays est menacé d’amnésie de plus de 60 ans d’histoire », a lancé d’entrée de jeu Jean-Wilfrid Bertrand, directeur général des Archives nationales d’Haïti. Selon lui, les Archives nationales d’Haïti ne peuvent plus recevoir durant ces 60 dernières années des documents. Ces derniers, poursuit le professeur, sont conservés dans de mauvaises conditions, dans des containers. Il invite le gouvernement haïtien à s’engager afin de doter aux ANH d'un bâtiment répondant aux normes de préservation et de conservation des documents administratifs. Il confie que plus de 3 millions d'entre eux ne sont pas enregistrés à la naissance et que parallèlement les données augmentent

Jean-Wilfrid Bertrand a en outre fait savoir que de nombreux documents sont éparpillés un peu partout en dehors des Archives nationales d’Haïti. Dénonçant le laxisme des autorités centrales, l’expert en archivistique a dit redouter l’avenir de la mémoire de la nation haïtienne : « D’ici 30 à 50 ans, ces documents seront perdus. Par conséquent, ce serait un pan entier de l’histoire nationale qui disparaitrait car ces documents sont, à tous égards, très importants dans la vie politique, sociale, économique à tous égards du peuple haïtien. Lè w inyore istwa w, ou kondane pou repete tout move bagay ou te konn fè yo », alerte-t-il, attestant que ce serait un suicide collectif si cela arrivait.

Par ailleurs, le directeur des ANH entend à la fois combattre la corruption interne et externe, moderniser, déconcentrer et décentraliser les Archives nationales afin que la population ait bénéficié de meilleurs services. « Si yo ban n batiman sila a, n ap fè mèvèy. Pou kont nou n ap chanje peyi a !!! », a-t-il garanti.

Mettant l’accent sur la profession d’archiviste et l’importance de l’Association nationale des archivistes haïtiens (ANAH), Antoine Césaire, directeur de l’institution, n’a pas mâché ses mots pour déplorer l’absence de politique d’archivage dans le pays. Selon lui, la carence des ressources humaines qualifiées constatée dans les différentes artères institutionnelles du pays produit la conservation abusive des documents inutiles et la destruction excessive de certains dossiers importants qui réclament une conservation pérenne pour la construction authentique des pages de notre histoire. « Là où ne sont pas les archives, beaucoup de torts sont faits aux justiciables », a déclaré le chef de service des archives historiques.

L’absence d’un système archivistique dans un pays, ajoute l’avocat de profession, produit comme conséquence la disparition des dossiers importants devant servir à la justification des droits des citoyens, c’est-à-dire l’obstruction de la justice. Il s’ensuit que toute politique archivistique a pour fondement la construction de bâtiments aux normes de préservation et de conservation des documents. « Après deux siècles d’indépendance, Haïti n’est pas dotée d’un bâtiment digne de ce nom », a-t-il dénoncé, indiquant que les archives ont besoin de l’assistance du pouvoir public pour pouvoir mener à bien leur mission.

Après avoir précisé que les archives représentent le lieu le plus sûr capable d'offrir aux générations la possibilité de s’identifier comme peuple et de transmettre les valeurs culturelles, l’homme de loi soutient que l’archivistique est un métier à encourager dans le pays. « Nous courons le risque de manquer à notre mission lorsque nos documents d’archives les plus précieux sont disséminés à des endroits inconnus, lorsque ce qui en reste n'est ni à l’abri des intempéries ni des catastrophes naturelles. Lorsqu’enfin, ils deviennent la cible des fauteurs de troubles de la ville au mépris de plus d’une cinquantaine de gouvernements et de législatures qui se succèdent depuis notre indépendance », a-t-il réagi.

Les responsables des Archives nationales d’Haïti exhortent les décideurs politiques à se ressaisir et à ne pas gaspiller du temps et des ressources afin de voler au secours de cette institution qui, d’après eux, est la gardienne de la mémoire nationale du peuple haïtien.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".