Le professeur Amary Joseph Noël, porte-parole des Etats généraux sectoriels… lance un appel à la nation haïtienne

Publié le 2018-04-12 | Le Nouvelliste

Société -

Choisi pour être le porte-parole des Etats généraux sectoriels de la nation haïtienne (EGSN), c’est avec la main du cœur que nous écrivons et lançons cet appel à l'adhésion et à la participation à tous nos compatriotes d’ici et d’ailleurs !

Le 28 mars 2018, nous avons pris part au Palais national à l’intronisation par le Président Jovenel Moïse du Comité de pilotage de 21 membres et du Secrétariat technique de 10 membres appelés à assurer le leadership des EGSN.

Notre Haïti vit, donc, cette année un week-end de Pâques très spécial ! Dans le for intérieur des Haïtiens de partout un frisson d’espoir perle: la fête de Pâques en Haïti, cette année, n’est pas seulement la commémoration de la mort-résurrection de Jésus-Christ, mais aussi, la date introductrice de notre pays dans la pratique de concertation, du pardon, du vivre-ensemble au lieu du survivre-ensemble, grâce à un « espace ouvert, inclusif et trans-partisan de rencontres, d’échanges et de réflexions. »(1)

En effet, dès la première rencontre avec le Comité de pilotage des Etats généraux le 5 février 2018, le Président Jovenel Moïse avait dévoilé la méthodologie utilisée pour choisir les membres de l’organe stratégique qui doit répondre et répond à des objectifs non partisans:

« Je souhaite vous entretenir d’une question qui a été un des thèmes majeurs de ma campagne électorale. Ce projet, qui semble recueillir l’adhésion d’une vaste majorité de nos concitoyens, n’est pas si évident à conduire…Nous avons beaucoup consulté ! Nous avons pris le temps d’identifier les meilleures ressources morales, intellectuelles du pays, des ressources qui, en même temps, accumulent une large gamme d’expériences pertinentes d’engagement social et citoyen. » ( 2)

Ainsi, - 25 ans après la Conférence nationale sur l’enseignement secondaire, célébrée à l’hôtel Montana de Port-au-Prince, sous le leadership de l’Institut pédagogique (IPN) national dont votre serviteur était, alors, directeur général(3) ; 15 ans après la lettre adressée par votre serviteur au politique Turnep Delpé, de regrettée mémoire, spécifiant une conception idoine de l’idée de « Conférence nationale haïtienne souveraine» que ce dernier prônait dans le champ politique depuis 1995 après le premier tour des élections au cours desquelles, le FNCD avait beaucoup de candidats en ballotage (4) ; 14 ans après l’initiative de feu Michard Gaillard mandaté par le Premier ministre d’alors qui a reçu provisoirement le nom de « Groupe de réflexion et de promotion du dialogue national » ; 13 après la signature d’un document « Projet d’appui au dialogue national » intervenu entre le gouvernement provisoire (Gérard Latortue), la MINUSTAH (Juan Gabriel Valdés) et le PNUD (Adama Guindo) », Haïti cherche la paix et la réconciliation par le dialogue. (5)

Le Président déclare souhaiter un « Pacte pour la stabilité, le progrès économique et Social ».

Oui, par des appellations diverses, le pays entier espère depuis des lustres un « chita tande -chita pale » bâtisseur : « contrat social », « kombitisme », « États généraux », « grand débat », « solutions pour Haïti », « dialogue national », « grand forum », « réconciliation nationale », « assemblée du peuple », « grand congrès de l’entente interhaitienne », « congrès pour la refondation nationale », « assemblée de conciliation », « assemblèe de concertation » , « assemblée du Peuple », « paix et concorde », « congrès de la renaissance », « congrès du renouveau », « solidarité nationale » , etc.

Le temps investi aux réflexions et contacts par l’équipe présidentielle pour choisir les membres des deux entités qui doivent assurer le leadership politique et technique du projet a porté des fruits. Nous invitons tout un chacun à scruter le profil des membres des deux sous-structures. Force est de constater qu’ils sont divers et tous des Haïtiens ! Qu’ils ont, à des moments déterminés de l’histoire récente du pays, exercé une charge ou se sont distingués par leur engagement citoyen, la manifestation de leur solidarité à notre pays, leur foi dans le développement possible et leur amour de la culture nationale etc.

Le moment est venu pour tous ceux qui clament haut et fort leur attachement au sol légué par nos ancêtres de le démontrer dans les faits. À la paille des mots, nous invitons la population à se baser sur le grain des actes pour juger et reconnaître ses vrais leaders. Il s’agit, aujourd’hui de faire un constat qui répond à une question simple et pragmatique : êtes- vous ou es- tu, vraiment du côté d’Haïti ? Ou, voulez-vous profiter du pays par néopatrimonialisme à la Max Weber? En d’autres termes, allez-vous stimuler la continuité de la crise ininterrompue de plus de deux siècles ? Allez-vous opter pour combattre le cycle de brigandages, de turbulences politiques, conséquences de l’instinct de division et des réminiscences de pratiques empruntées de la colonie d’exploitation de Saint-Domingue et des temps d’esclavage? Aujourd’hui, il s’agit de s’imposer en vrai leader, de manifester par le grain des actes que nous sommes conscients de l’état de notre pays rendu exsangue par les luttes fratricides, les ambitions démesurées et l’égoïsme fait système dans une large plage de ses propres fils.

Plus que jamais, Haïti a besoin de chacun de nous, de notre bon vouloir, de notre contribution, de ses fils intelligents et brillants pour que pointe l’aurore d’un pays où il fait bon vivre, un pays qui accède, enfin, grâce à l’action des plus déterminés et dévoués aux sommets lumineux où fleurit l’idéal sociétaire : Du pain pour tous ! De l’éducation pour tous ! De la santé pour tous ! De la paix pour tous ! Nous lançons un appel instant à tous nos compatriotes ( moun rich , moun pòv, Nèg anro, Nèg anba ! Moun lavil , Moun andeyò, Blan, Nèg , Milat, Tèt grenn, Tèt siro, Po nwa- Po blanch). Nou tout, ann mèt men ! Vin kole zepòl ! Vin diskite ! Vin propoze !

« Les Etats généraux sectoriels, conçus comme le plus grand forum sociodémocratique de la Nation, réuniront les citoyens de toutes les couches sociales, issus des secteurs clés de la vie nationale autour de la problématique de la gouvernabilité de notre société. Ils embrasseront notamment : la gouvernance politique, la gouvernance environnementale et l’aménagement du territoire, la gouvernance de l’espace public et médiatique, la gouvernance du système éducatif, l’identité culturelle et l’intégration sociale, l’ordre et la sécurité publics, la place d’Haïti sur la scène internationale. » (5)

Le va-tout à la participation citoyenne a été lancé lorsque, à la fin du discours du Président, la mailloche a cogné le gong pour assurer la non-partialité des débats et le devoir d’inclusion : « Il n’y a aucun sujet tabou pour ces États généraux… », « Je m’engage à respecter et à appliquer les résultats de ces assises pour le bien de la collectivité nationale. »

Vive l’adhésion massive au projet d’entente nationale ! Vive le Dialogue entre frères et sœurs de la patrie commune!

Professeur Amary Joseph Noël,

coordonnateur général de la Coordination nationale de la societe civile haïtienne(CONASCH);

coordonnateur général de la Confédération des Haïtiens pour la réconciliation (CHAR);

encadreur principal du Groupe de réflexion sur la sécurité et la défense nationales.(GRSDN)

porte parole du Comité de pilotage des Etats généraux sectoriels de la nation haïtienne (EGSN)

Notes : 1o) ÉTATS GÉNÉRAUX SECTORIELS DE LA NATION HAITIENNE(EGSN) – (RENCONTRE AVEC LE COMITÉ DE PILOTAGE), Palais National, le 5 février 2018, p.5

2o) Id, page 1

3o) NOËL, Joseph Amary : Randonnée vers la conférence haïtienne souveraine, (Col. Politique Universitaire pour une Haïti unie, libre et prospère), Imp. du Canapé-Vert, Port-au-Prince, Haïti, p. 73

4o) Id, p.198

5o) Id, p.204

5o) État généraux sectoriels de la nation haïtienne (EGSN)-(NOTE CONCEPTUELLE) , Palais national d’Haïti, Port-au-Prince le 5 février 2018, p.8

Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article