« Femmes et création artistique », des artistes s'expriment !

PUBLIÉ 2018-03-07


Cette année encore, Ticket a choisi de mettre le focus sur les femmes à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. En effet, dans le sillon de ce 8 mars 2018, Ticket organise une série de causeries sur des thématiques qui intéressent la Femme avec diverses personnalités.

Ce mercredi 7 mars 2018, la série de débats tournant autour de la femme ont continué dans les nouveaux locaux du magazine à Deprez. Cette fois, c’était au tour de l’écrivaine Kettly Mars, de la chanteuse, Rutshelle Guillaume et de Daphnée Clerveaux a.k.a. DJ Queen de prendre place sur le divan de Ticket, aux côtés de Madjolah Pierre, pour discuter du thème : « Femmes et création artistique ».

Un 3e panel où les femmes ont plaidé pour une meilleure représentation de la gente féminine dans le secteur artistique, même si Kettly Mars estime que dans le domaine de l’écriture, les femmes se sont imposées depuis ces 30 dernières années. Les panélistes ont aussi discuté sur les difficultés rencontrées dans leurs domaines respectifs, lesquelles se révèlent d’ordre interne et externe (manque d’estime de soi, mode de socialisation des filles et des garçons, sexisme, manque d’encadrement, népotisme, etc).

Par ailleurs, les 3 intervenantes ont aussi critiqué le mauvais usage que font les Haïtiens des réseaux sociaux. Ces derniers sont souvent utilisés comme un bastion de commérages, de rumeurs et de dévalorisation des artistes, spécialement les femmes artistes. D’un autre côté, elles prônent l’union, l’entente, entre les artistes féminins, qui sont socialisées à voir en toute femme, une rivale potentielle. Ainsi, elles s’acharnent dans une compétitivité négative, au détriment de leur propre épanouissement. Se fanm k ap bloke fanm.

D’autre part, elles reconnaissent qu’au niveau financier, elles n’ont pas à se plaindre, car elles se sont battues assez pour que leur travail soit dûment rémunéré. De fait, en dépit des contraintes quotidiennes, Kettly, Rutshelle et Queen croient qu’il faut aller à la base, repenser le modèle de la famille haïtienne qui ne contribue pas assez à l’épanouissement des femmes.

Les causeries se poursuivent encore demain, 8 mars 2018, considéré comme le jour J. Elles marqueront la fin de cette série de débats lancée depuis le lundi 5 mars 2018. Cet ènième panel sera composé de Me Philippe Volmar, avocat ; Daphnée V. Bourgoin, PDG de Tisaksuk ; Pascale Solages, militante féministe et coordonnatrice de l’organisation Nèges Mawon et Darline Exumé, mannequin et étudiante en médecine. Avec Winnie Hugot Gabriel Duvil, assistante secrétaire de rédaction de Ticket, faisant office de modératrice, on fera le tour d’une question d’actualité, très importante pour les femmes, que ce soit en Haïti ou à l’étranger : le harcèlement sexuel.

À noter que le lundi 5 mars 2018, Ticket a reçu Gaelle Bien-Aimé, comédienne et militante féministe; Clara-Luce Lafond, mannequin et première dauphine de Miss Haïti en 2013 ; Vavita Santos Leblanc, sage-femme et chargée du programme santé de la reproduction à l’UNFPA en Haïti autour de la question de « La liberté des femmes de disposer de leur corps ». Puis, le jour suivant, Régine René Labrousse, public affairs manager à Brana et présidente de la Chambre de commerce haïtiano-américaine (AmCham), mariée et mère de deux enfants ; Dieudonne Luma Etienne, seule femme sénatrice de la République actuellement, mariée, mère de famille ; Cynthia Jean-Louis, comédienne, humoriste d’une vingtaine d’années de carrière, elle aussi, mère de deux enfants, ont alimenté les débats.



Réagir à cet article