La place de l’économie dans le discours du président de la CARICOM

Que disent les chiffres? À la 29e conférence des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté caribéenne (CARICOM), le chef de l'État haïtien, qui joue aussi le rôle de président de ladite communauté, a prononcé le discours d'ouverture qui, certainement, précisent ses priorités. Que disent les chiffres à ce sujet ?

Publié le 2018-03-02 | Le Nouvelliste

Economie -

Les priorités du président sont indiqués à partir des mots clés de son discours, recherchant la place accordée à l’économie. La figure 1 est réalisée en considérant les liens (connexions) entre les mots clés du discours. Il s’agit d’un réseau d’occurrences des mots clés et de leurs connexions. En observant ce graphique, ma première remarque est la proximité d’un groupe de mots clés liés aux questions climatiques. Il s’agit de catastrophes, ressources, climatique et changement. Il faut souligner que le mot changement est aussi relié au terme caravane, comme on peut le remarquer dans la figure 1. La Caravane du changement, ne pouvant être une priorité pour la CARICOM, l’importance de son occurrence dans le discours révèle une certaine volonté de prouver aux autres chefs d’État que des actions sont posées en Haïti en vue d’une amélioration de la situation socioéconomique. Par contre, l’occurrence des autres mots clés susmentionnés ainsi que la proximité de leurs connexions indiquent que la question du changement climatique est une priorité caribéenne du président.

L’autre groupe de mots clés, dont les connexions sont fortes, quoiqu’ils ne soient pas très proches, sont : publiques, lutte, corruption, développement. Ces mots clés peuvent traduire une priorité accordée aux questions économiques, la lutte contre la corruption aussi bien que le développement étant liés à l’économie. D’ailleurs, plusieurs des mots clés du discours dont l’occurrence est liée à celle de la corruption se rapportent à l’économie. Le niveau de lien (ou corrélation) entre ces mots et le terme corruption est calculé, en fonction de leur cooccurrence. Sa valeur varie de 0 à 1, sachant qu’une corrélation de 1 indique un lien parfait de deux mots clés, c’est-à-dire qu’ils apparaissent toujours ensemble. Les mots clés relevant du domaine de l’économie dans le contexte du discours, et qui sont corrélés avec le terme corruption, sont : aide, efficacité, pauvreté, revenu, croissance. À l’exception de la croissance, dont le degré de corrélation avec la corruption est de 0.76, ceux des autres termes est de 0,81. L’économie semble être une priorité caribéenne du président. Cependant, les mots clés relatifs à l’économie ne sont pas aussi proches que le sont ceux relatifs au changement climatique, lorsque la figure 1 est considérée.

La figure 2 classe les 10 mots clés les plus répétés dans le discours du président. La corruption se retrouve en première position. Compte tenu du contenu des phrases où apparaissent les mots clés de la figure 2, ils peuvent être classés en deux catégories: climat et économie. Ce sont les principales priorités caribéennes du président.

Bien que la question du changement climatique soit une priorité, le discours ne le lie pas explicitement à la production, insistant surtout sur la mitigation des risques. Ce lien entre l’économie, notamment la production, et le changement climatique est passé sous silence probablement parce que les pays de la CARICOM ne sont pas de grands pollueurs, mais surtout des victimes du réchauffement de la planète. La capacité à mitiger les conséquences du changement climatique, notamment les catastrophes naturelles, est le point central des priorités du président, bien qu’il ait fait mention de la nécessité de respecter l’accord de Paris.

Considérant Haïti, la figure 3 montre que le revenu per capita tend à diminuer lorsque la température moyenne augmente. Ce lien négatif s’explique par la baisse de la productivité lorsque la température augmente. C’est pourquoi la Banque mondiale prévoit une augmentation des inégalités entre les pays où il fait chaud et les autres économies dans les années à venir. Alors, la politique de la CARICOM doit non seulement porter sur la mitigation des risques liés au changement climatique, elle doit aussi promouvoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans la région.

Dr. Raulin L. Cadet cadetraulin@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article