Une remise d’engins lourds pour le lancement de la Caravane dans l’Ouest

Comme annoncé depuis tantôt plusieurs semaines, le président de la République a lancé officiellement la Caravane du changement dans le département de l’Ouest. Cette cérémonie a eu lieu en présence de hauts dignitaires de l’État. Elle coïncide avec la remise symbolique des engins lourds et des compressifs au ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC) et plusieurs municipalités de l’aire métropolitaine.

Publié le 2018-02-07 | Le Nouvelliste

Economie -

En guise de célébration de son premier anniversaire à la magistrature suprême de l’État, le président de la République a lancé la Caravane du changement par une remise de matériels lourds, dont des buldozers, des excavatrices, des camions bascules, des compressifs et des pick-up à plusieurs entités publiques. C’est la sixième activité de ce genre depuis les deux dernières semaines. D’ici au samedi 10 février, tous les départements géographiques du pays seront dotés de tels matériels. L’idée, selon le président de la République, est de mettre l’appareil de l’État au service de la population. Avec la Caravane, le président estime qu’il est sur la bonne voie.

D’importants travaux attendent la Caravane. Les engins en question sont à la disposition de la direction départementale de l’Ouest des Travaux publics et des neuf mairies de l’aire métropolitaine, notamment Carrefour, Port-au-Prince, Pétion-Ville et Tabarre. Trois excavatrices, quatre buldozers et 12 nouveaux camions, dont huit bascules, sont à la disposition de la direction départementale. Les mairies ne sont pas en reste. Deux excavatrices seront à leur disposition. Les mairies de Port-au-Prince et de Carrefour seront dotées chacune de deux compressifs. Quant à celles de Pétion-Ville et de Tabarre, un compressif leur sera accordé.

L’enjeu est de taille. Tout est priorité dans le pays. Le vœu de la Caravane, selon le président de la République, qui se tenait au côté du coordonnateur de la Caravane, Thomas Jacques, est de résoudre un ensemble de problèmes auxquels est confronté le pays. Dans le département de l’Ouest, la priorité, explique M. Moïse, sera accordée à la construction de la route reliant carrefour Kana à Cornillon, en passant par Thomazeau, la route reliant Kenscoff à Gressier, en passant par Belo et Carrefour et la route reliant Fond-Parisien à Fond-Verrettes.

Mais, à côté de ces routes principales, le président affirme que toutes les rues des neuf communes de l’aire métropolitaine seront aménagées, construites et asphaltées. La direction départementale a la responsabilité de construire 100 kilomètres de route chaque année durant les quatre prochaines années. Le pari est jouable, c’est du moins ce qu’affirme le chef de l’État. Les matériels sont disponibles et l'entretien et les pièces de rechange seront assurés par les concessionnaires durant les quatre prochaines années.

Très sûr de lui, le président croit qu’avec les nouveaux matériels, le ministre des Travaux publics et les municipalités auront la possibilité de mieux servir la population. Le président de la Fédération nationale des maires d'Haïti (FENAMH), Jude Édouard Pierre, abonde dans le même sens. Ce geste, explique la maire de Carrefour, est très important pour les municipalités. C’est, poursuit-il, un pas déterminant dans le renforcement des capacités des collectivités territoriales, lesquelles constituent les principaux vecteurs du développement du pays.

Remerciant le gouvernement pour un tel accomplissement, le président de la FENAMH, au nom des vingt mairies du département de l’Ouest, promet de faire bon usage de ces matériels. Par le biais de ces matériels, les municipalités pourront lutter contre les résidus solides. Pour le moment, fait-il savoir, la population attend la construction de l’usine de transformation de déchets solides pour laquelle il a fait la demande formelle auprès du chef de l’État. Ce faisant, au lieu de constituer une menace, les résidus solides deviendront une activité économique et créatrice d’emplois.

La remise de matériels ce mercredi concerne surtout le ministère des Travaux publics, Transports et Communications. Mais plusieurs ministères sont impliqués dans la mise en œuvre de la Caravane. Elle est, selon Thomas Jacques, un élément déterminant de la stratégie gouvernementale favorisant la mise en œuvre d’actions de revitalisation au sein du secteur agricole, du secteur environnemental et du transport. Le président de la République compte beaucoup sur ce mécanisme pour la mise en place de certaines politiques sectorielles visant le développement du pays. Comme il vient d’investir plusieurs dizaines de millions de dollars pour l’achat de matériels, le président promet de s’investir et invite les ministères concernés à faire de même afin d’œuvrer au développement du pays.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article