L’inacceptable insulte

Publié le 2018-01-11 | Le Nouvelliste

National -

Le propos est raciste et disgracieux. Il n’a pas sa place dans les relations entre les nations ni entre les peuples, encore moins dans la bouche d’un président d’un pays ami d’Haïti.

Ce jeudi 11 janvier, Donald Trump a dépassé toutes les limites de la décence. Ses propos, rapportés par la presse américaine, sont graves et injurieux. Les explications de la Maison-Blanche n’y changent rien. La bêtise et l’injure s’ajoutent au dénigrement de tout un pays. Gratuitement.

Nous n’avons pas à convoquer l’histoire, nos Aïeux, le passé pour répondre à Donald Trump. Il n’y comprendrait rien.

Nous n’avons pas à questionner la fibre humanitaire ni humaine qui est en lui, il n’en a cure.

Nous avons à serrer les dents, à resserrer nos rangs, à lever la tête et à continuer à avancer. Sans flagellation, sans stigmatisation, sans remords.

L’histoire entre Haïti et les Etats-Unis d’Amérique ne s’arrêtera pas après cet épisode du 11 janvier 2018. Donald Trump ne sera qu’une parenthèse à la tête des USA. Le cheminement commun de nos deux nations, fruit de plusieurs décennies de rapports tantôt harmonieux, tantôt tumultueux, lui survivra.

Le peuple des Haïtiano-américains, lent tissage entre hommes et femmes des deux pays, résistera à la vague de haine, aux désirs de ségrégation et à toutes les envies de nettoyage ethnique de Donald Trump.

Il nous faut voir plus loin que demain. Dépasser la bêtise du chef. De ce chef. De nos chefs.

Hier, Donald Trump disait que tous les Haïtiens avaient le SIDA. Aujourd’hui, il traite Haïti de trou du cul, de pays de merde, de #Shithole country. Donald Trump parle ainsi de nous tous.

Réveillons-nous.

Maintenant que le monde entier est au courant de la flétrissure, allons-nous nous complaire dans cette image ? Ne rien faire pour la changer ? Continuer d’alimenter les fatras ambiants et les bêtises chantantes ?

Changeons l'image à la sueur de notre courage.

Cessons d’attendre qu’Haïti se développe tout seul. Cessons de piller ses dernières ressources sans rien donner au pays.

Réveillons-nous.

Nous avons un pays qui mérite mieux de nous. Un pays à qui nous devons plus. Une meilleure gouvernance et la recherche d'un rêve commun de mieux-être pour tous. Pour tous les Haïtiens.

Chacun a sa part à faire pour essuyer l’inacceptable insulte du raciste.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article