Funérailles du révérend père Joseph Simoly à la cathédrale transitoire de Port-au-Prince

Les funérailles du révérend père Joseph Simoly, assassiné le 21 décembre 2017 devant sa résidence sur la route de Frères, à l’âge de 54 ans, ont été chantées le samedi 30 décembre en la cathédrale transitoire de Port-au-Prince par le cardinal Chibly Langlois devant un public composé d’évêques de la Conférence espiscopale, de parlementaires, de représentants des organisations de défense des droits humains et de dirigeants de partis politiques. Sa dépouille, quant à elle, a été exposée à la chapelle de l'archevêché. Vicaire dominical de la paroisse du Sacré-Cœur de Turgeau, une veillée de prières y a été organisée le vendredi 29 décembre 2017 en son hommage.

Publié le 2018-01-03 | Le Nouvelliste

National -

Remplie pour la plupart de fidèles catholiques, en pleurs et tristes, la cathédrale transitoire a accueilli, pour une dernière fois, le père Simoly, couché dans son cercueil couvert non pas de fleurs mais de son aube blanche de prêtre, de sa bible et d'un chapelet identique à celui qu'il a l'habitude de porter à son cou. L'ambiance tendue, lourde et insoutenable a montré le courage des membres de la famille du défunt qui ont assisté à la cérémonie.

Dans son homélie de circonstance, le cardinal Chibly Langlois a dressé un portrait du révérend père Joseph Simoly qu’il qualifie de « prêtre missionnaire de la bonne nouvelle de la résurrection ». Pour lui, durant ses 25 ans de sacerdoce, Joseph Simoly a fait montre d’une dextérité et d’une maitrise dans ses prêches. « Nous n’avons pas beaucoup de pères ayant ses qualités », a-t-il avoué tout en expliquant que grâce à ce don, il a pu permettre à « une grande quantité de fidèles de rencontrer Dieu ».

L’homme d’église a toutefois condamné l’assassinat du révérend père Joseph Simoly qui constitue, selon lui, « une énorme perte » pour le pays ainsi que pour la communauté ecclésiastique. « Insécurité, impunité, terreur, barbarie, haine, violence et corruption », ce sont là les différents maux qui « détruisent la vie de la population et qui favorisent le départ en terre étrangère de bons nombres d’Haïtiens ». Cette situation génère, a-t-il poursuivi, de grandes inquiétudes au sein de la société.

Il a lancé un appel aux autorités judiciaires pour qu’elles puissent mettre fin à cette situation de peur et d’angoisse qui sévit. « Quand la justice existe et travaille de manière effective, elle ne fait qu’augmenter le niveau de la société », a-t-il souligné. L’absence de la justice, soutient-il, apportera « plus de pleurs ». « Si pè Simoly yo touye l pou granmèsi men san li pa koule pou granmèsi » a-t-il lancé pour inciter la justice à agir. Pour sa part, la Police nationale d'Haïti a annoncé une enquête pour faire la lumière sur ce dossier mais n'a pas encore annoncé des arrestations.

Par ailleurs, il est à souligner qu'un groupe de personnes a réalisé une protestation aux abords de la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince pour dénoncer la mort du prêtre tout en lançant des propos hostiles contre le célébrant, le cardinal Chibly Langlois et le parlementaire Youri Latortue, présent dans l'assistance. Des agents du CIMO ont été dépêchés pour assurer la sécurité à l'intérieur et aux abords de ladite cathédrale. À noter que l’inhumation, précédée de la prière du libera s’est tenue dans la même journée en la cathédrale de Hinche.

Ses derniers articles

Réagir à cet article