Galette-Chambon dans tous ses états et l’urgente nécessité d’une union ferme et productive

Publié le 2017-11-29 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

Première section communale de la commune de Ganthier, Galette-Chambon a bénéficié de ce titre du fait qu'elle se trouve à droite de Croix-des-Bouquets (arrondissement duquel elle dépendait avant 1912) , et Balan, bénéficiant de celui de deuxième section communale car elle se trouve à gauche (encore un combat entre la droite et la gauche) et Thoman s'est vue octroyer le titre de troisième section communale parce qu'elle se trouve le plus proche de ces deux premières sections par voie terrestre et en raison de son accessibilité (avant de se voir retirer ce titre au profit de Fond-Parisien, aujourd'hui troisième section), puis Fonds-Verrettes, quatrième section communale (cette dernière étant devenue une commune à part entière depuis 1978) et enfin Pays-Pourri et Mare-Roseaux, les deux dernières sections communales de Ganthier, se situant dans les mornes jouissant de la qualité de cinquième et de sixième section communale malgré certaines ambiguïtés administratives.

Plus d'un se questionne sur l'appellation de Galette-Chambon octroyée à la première section communale de Ganthier. Eh bien! la raison est simple et facilement compréhensible ; une galette est un petit bonbon ou un gâteau français rond et plat très sucré (Galette Chambon étant une ancienne habitation coloniale) et Chambon est une déformation et contraction de deux mots français :"Champ" et "Bon". Eh bien, les premiers français dégustèrent, au plaisir, dans cette zone, aujourd'hui réputée pour sa fameuse "Bonbon siwo", des galettes sous les champs qu'ils trouvèrent si bons. D’où l'appellation "Galette-Chambon".

Ce rappel, ô combien important, n'est toutefois pas le but de notre article. Il s'agit pour nous de faire un état des lieux à travers le temps, l'histoire, la sociologie, la nature et la réalité politique actuelle de la première section de la commune de Ganthier...

Avec une population de près de 10 000 habitants (estimation de l’IHSI en 2012), Galette-Chambon fut assez souvent victime des différents cyclones ayant frappé le département de l'Ouest si bien qu'elle se trouve aujourd'hui, aux dires des habitants, divisée en deux rives. Rive droite et rive gauche à cause de la présence de la rivière Blanche due à ces catastrophes naturelles répétées, source de conflits et de division politique mais surtout de désarroi environnemental depuis quelque temps. La rive droite ayant gardé l'appellation de Galette-Chambon et la rive gauche, l'appellation de l'habitation Lamardelle ou Lamardelle tout court (Lamardelle est une autre ancienne habitation coloniale proche d'une autre encore plus célèbre, Le Tellier).

Cela fait longtemps que cette première section vit ainsi pendant qu'elle regroupe, et du côté droit et du côté gauche, les membres d'une même famille ou, si l'on veut, des habitants ayant les mêmes intérêts administratifs mais toujours opposés par des conflits mesquins et inutiles. Car, comme la République d'Haïti et la République dominicaine, ce sont deux populations d'une même île condamnées à vivre ensemble, familialement et administrativement. Si la rivière Blanche doit faire des dégâts, et comme elle en fait souvent ces dernières années, tous subiront le même sort, à un degré ou à un autre, étant les maillons d'une même chaîne.

Ma peine est de voir autant de divisions entre les habitants de ces deux rives. Ceux de la droite s'identifient comme les seuls habitants de la première section et, eux-mêmes divisés en ce qui a trait à un choix unique autour d'un candidat aux prochaines élections locales, municipales et législatives, tandis que ceux de la gauche entendent barrer la route à tout projet de la sorte. Et les forces vives de cette section communale comme le secteur religieux, la jeunesse intellectuelle montante, la diaspora, etc. refusent de converger vers un seul et même objectif. Il faudrait aussi que cette diaspora chambonnoise, assez souvent porteuse de solutions face aux menaces de la rivière Blanche en l'absence voulue de l’État haïtien, prêche la paix, l'amour, l'union et l'harmonie et soit plus présente dans les affaires administratives de la section.

Mesdames et messieurs, Chambonnoises, Chambonnoises, ressaisissez-vous ! Unissez-vous pour une cause commune. L’État central nous a déjà trompés à maintes reprises et ce ne sont pas les dernières promesses publiques et surtout sur place du président Jovenel Moïse qui diront le contraire.

Réagir à cet article