Diplomatie : la moitié du personnel révoquée

Publié le 2017-11-09 | Le Nouvelliste

National -

Sur les quelque 1000 employés et contractuels dans les ambassades et consulats d’Haïti à l’étranger, entre 400 et 500 ont été mis à pied, a confié au Nouvelliste le ministre des Affaires étrangères, Antonio Rodrigue.

Dès son arrivée au pouvoir, le président Jovenel Moïse avait dénoncé ce qu’il appelle l’obésité dans les représentations diplomatiques du pays à l’étranger. Il avait annoncé le dégraissement du personnel diplomatique. Ce sont les contractuels qui ont rendu « obèse » le personnel diplomatique, selon le ministre des Affaires étrangères. À son arrivée au pouvoir, la nouvelle administration a trouvé plus de 1000 employés et contractuels dans les ambassades et consulats du pays.

Le contrat de plus de 500 contractuels, expiré le 30 septembre dernier, n’a pas été renouvelé. « On est en train d’étudier leurs dossiers pour voir parmi eux qui peut être reconduit », a fait savoir le chancelier Antonio Rodrigue.

En outre, a-t-il dit dans une interview accordée mercredi au Nouvelliste, il y a aussi des diplomates, des employés, entre autres, qui ne sont jamais à leur poste dans les ambassades et consulats, eux aussi, ils ont été révoqués.

En mai dernier, à la Chambre des députés, le ministre des Affaires étrangères avait indiqué que les 49 missions diplomatiques du pays comptent aujourd’hui 1 003 membres répartis en 188 diplomates et 515 contractuels, nécessitant des allocations de l’ordre de 4 295 000 dollars américains mensuellement. Affirmant que « la chancellerie, aujourd’hui à bout de souffle, se trouve dans l’incapacité de payer ses contractuels et ses diplomates à l’étranger », le ministre présage que si rien n’est fait pour réduire ce personnel, « c’est la faillite assurée de la diplomatie et du ministère des Affaires étrangères ».

Un personnel pléthorique dans les missions diplomatiques du pays à l’étranger, des consulats qui devaient avoir sept employés en ont 70, avait tancé Jovenel Moïse. « On doit dégraisser la diplomatie et la rendre plus efficace », avait annoncé M. Moïse, soulignant que, dans les missions diplomatiques, il y a beaucoup d’étudiants, beaucoup de gens qui ne vont jamais retourner au pays, qui n'en ont aucune envie.

Alors que bon nombre d'employés des missions diplomatiques du pays à l’étranger ont été recommandés par des parlementaires, le chef de l’État avait fait savoir que des groupes de députés lui avaient déjà demandé de prendre la décision de décongestionner les missions diplomatiques.

Réagir à cet article