Peut-on accorder le bénéfice du doute à Jovenel Moïse ?

Echo de l’éco

Publié le 2017-08-11 | Le Nouvelliste

Economie -

Depuis que le président de la République a déclaré que l’énergie électrique faisait partie de ses priorités, des bruits courent sur la viabilité de telles idées dans les conditions actuelles du pays. L’opérateur public fait face à des pertes énormes. Et il semble que personne ni aucune entreprises ne s’intéresse à la commercialisation de la précieuse énergie électrique. Il n’est plus à démonter, l’importance de l’électricité dans le développement d’un pays. Mais si le chef de l’État insiste autant, la société civile, les forces organisées doivent enfin s’interroger sur le caractère sérieux de ces déclarations et se demander quel rôle à jouer.

Le pari n’est pas gagné d’avance. En même temps, une réforme d’un secteur quelconque ne se concrétise pas à coup de déclarations dans la presse. On ne pourra pas oublier de si tôt que l’un des 5 E de l’équipe Tèt Kale durant le quinquennat de Michel Joseph Martelly était juste l’ENERGIE. À la fin, le bilan est plus que maigre au point que le nouveau président semble si intéressé. Nous avons appris que Jovenel remue ciel et terre pour monter un projet et un paquet de lois pour la réforme. Il courtise les parlementaires pour pénaliser le vol d’électricité dans une certaine mesure. On lui accorde d'ailleurs le bénéfice du doute. Avant tout, c’est au pied du mur qu’on voit le maçon.

Si la réforme devient réalité, le rôle ou les rôles réservés à l’opérateur publique pourrait peut-être la prise en charge des réformes du secteur, celle de gestionnaires des réseaux de transmission, responsable de la commercialisation de l’électricité, responsable de la production hydroélectrique du pays, Garder son rôle traditionnel et devenir un compétiteur des compagnies privées, se rattacher au représentant de l’exécutif en charge du secteur, se rattacher à l’agence de régulation comme proposées dans certaines réflexions du directeur exécutif de l’Institut haïtien de l’energie, le Dr René Jean-Jumeau.

Des consultations et des négociations sont déjà entamées pour faire bouger le secteur de l’électricité. Le président va-t-il s’entourer de vautours et de dinosaures qui ne veulent qu’accaparer le moindre bien matériel du pays pour devenir plus riche? ou va-t-il jouer l’une des plus grandes cartes de son mandat et d'enclencher une minirévolution. C’est de cela qu’il s’agit en réalité. L’électrification est une chose. La disponibilité de l’électricité en est une autre. Et rendre le secteur rentable est encore une autre histoire. M. Le président, la nation vous sera reconnaissante, si vous parvenez à nous étonner.

Réagir à cet article