105 millions d’investissements directs étrangers pour Haïti en 2016

Les investissements directs étrangers (IDE) en Amérique latine et dans les Caraïbes ont diminué de 7,9% en 2016 par rapport à l'année précédente, dans un contexte d'une tendance à la baisse qui perdure, a annoncé, jeudi 10 août 2017, la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC). Haïti n’a réussi à attirer que 105 millions cette année, un million de moins qu’en 2015, et marque des pas sur place pendant ces deux années consécutives.

Publié le 2017-08-11 | Le Nouvelliste

Economie -

En 2016, l'investissement dans la région a atteint 167 milliards, et est en chute depuis qu’il a atteint son maximum (206.9 milliards de dollars) en 2011, précise le rapport de la CEPALC dans lequel elle appelle les pays à élaborer des politiques pour attirer des flux qui soutiennent les processus de développement durable.

Selon le rapport sur « l'investissement direct étranger en Amérique latine et dans les Caraïbes 2017 », qui prévoit pour 2017 une nouvelle baisse autour de 5%, les bas prix des matières premières et leur impact sur les investissements orientés dans les ressources naturelles et une croissance lente de l'activité économique dans plusieurs pays sont à l’origine de ces résultats.

En Haïti, l’IDE est resté relativement stable et a atteint 105 millions, bien que 2016 en particulier a été une année d'instabilité politique et le pays a été frappé par l'ouragan Matthew qui a fait des dégâts estimés à 21% du PIB. L'industrie de la sous-traitance, en particulier le secteur du textile, s’est montré dynamique, indique le rapport annonçant un investissement à venir d’environ 90 millions de dollars dans deux projets dans le secteur.

MAS Holdings, un conglomérat de Sri Lanka spécialisé dans la fabrication de sous-vêtements, a annoncé l'ouverture d'une usine dans le parc industriel de Caracol, avec un montant estimé à environ 27 millions d'investissement. Ce projet ferait de lui le deuxième investisseur dans le parc après le sud-coréen SAE-A Trading Co. Ltd., le leader mondial des textiles opérant dans ce parc industriel depuis 2012. Pendant ce temps, la société Winds Group, de Hong Kong (région administrative spéciale de Chine), a inauguré une nouvelle usine de vêtements de sport où ils fabriquent 12 millions de vêtements pour des marques de segment moyen des États-Unis et a annoncé qu'elle établira une deuxième usine pour doubler sa capacité de production en 2018.

Par ailleurs, ce rapport souligne que le secteur du tourisme et l'image du pays ont été affectés en 2016 par l'instabilité et les dommages causés par l'ouragan Matthew. Le potentiel du secteur minier, estimé à 20 milliards de dollars en or et en métaux précieux, est aussi mentionné dans le rapport; mais la CEPALC a vite rappelé que, dans le pays, cela reste un sujet controversé.

La République dominicaine, la championne des Caraïbes

L’année dernière, le pays de Danilo Medina a reçu environ 2.4 milliards de dollars américains d’investissements directs étrangers, a annoncé jeudi la CEPALC. La République dominicaine a réussi à capter 49% du total des 4.8 milliards de dollars d’IDE reçus dans les Caraïbes, ce qui la place en tête dans la région en matière de réception des investissements directs étrangers.

Selon les données de l'organisation internationale, depuis 2010, la République dominicaine a vu les investissements étrangers captés, passant de 2 milliards de dollars cette année-là à environ 2.4 milliards reçus l'année dernière. Entre-temps, le pays a reçu 2.2 milliards en 2011 et 3.1 milliards en 2012. L'année suivante, elle a enregistré une baisse de 1.9 milliard qu’elle a vite enrayée en attirant 2.2 milliards de dollars respectivement en 2014 et en 2015.

En comparaison, il faut compiler les investissements directs étrangers reçus par Haïti pendant 14 ans, sur la période allant de 2002 à 2016, pour atteindre 50%, soit 1.2 milliard, des 2.4 milliards captés par la République dominicaine uniquement l’année dernière. Paradoxalement, 2010, l'année où le tremblement de terre a mis le pays à genoux, a été l'une des meilleures en matière d'IDE, soit 178 millions de dollars.

Le Brésil, leader en Amérique latine malgré la récession

L'année dernière, la région a reçu 10% des IDE dans le monde, pareil qu’en 2015, mais moins que la moyenne de 14% qu’elle avait atteint en 2011-2014. L’IDE représente néanmoins 3,6% du produit national brut (PNB) de la région, alors que la moyenne mondiale est de 2,5%, ce qui explique l'importance de ces contributions pour les économies latino-américaines et caribéennes.

Malgré la récession, le Brésil a augmenté de 5,7% ses entrées d'IDE en 2016 et est resté le principal bénéficiaire de la région, avec 78.9 milliards (47% du total). Le Mexique, qui a reçu 32.1 milliards de dollars, est le deuxième pays bénéficiaire (19% du total), malgré une chute de l'IDE de 7,9%. En Colombie, les investissements ont augmenté de 15,9%, passant à 13.5 milliards (8,1% du total) pour se hisser au troisième rang devant le Chili, qui a reçu 12.2 milliards d’investissements étrangers (7% du total).

Réagir à cet article