Grève dans les hôpitaux publics: les autorités sanitaires démentent et clarifient

Publié le 2017-07-14 | Le Nouvelliste

National -

« On a été étonné, au niveau du ministère de la Santé, de lire dans le journal que quelqu’un affirme, en avançant des chiffres précis, un ajustement de salaire pour chacune des catégories du personnel médical. Non. On n’en est pas encore là. Nos techniciens étudient encore les scénarios possibles. Ces chiffres sont donc incorrects », a réagi le ministère de la Santé publique et de la Population suite à l’article du journal Le Nouvelliste titré « ajustement salarial : les hôpitaux publics paralysés », paru le 14 juillet. Sur la base d’une différence qui aurait existé entre l’augmentation de salaire des médecins et du personnel de soutien, les syndicalistes du secteur de la santé ont appelé les travailleurs à rentrer en grève, paralysant ainsi les hôpitaux publics. Dans une interview accordée jeudi au journal, Alisma Roseta Georges, présidente du Syndicat des travailleurs de la santé de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti, a détaillé un par un les nouveaux salaires des médecins, selon l’ajustement salarial qui aurait été effectué. Elle a affirmé que le salaire des résidents passe de 20 000 gourdes à 24 000 gourdes. Les généralistes perçoivent à présent 37 000 gourdes alors qu’ils percevaient 31 000 gourdes. L’honoraire des auxiliaires passe de 16 000 gourdes à 21 000 gourdes. Celui des techniciens grimpe de 17 000 gourdes à 22 500 gourdes, de 31 000 à 42 000 gourdes pour les spécialistes. Quant au personnel de soutien, le salaire est passé de 11 000 à 12 100 gourdes. « La réalité, c'est que les chiffres avancés ne sont pas corrects », a insisté le Dr Jean Hugues Henrys, membre de cabinet de la ministre de la Santé. « Jusqu’à présent, les équipes concernées du ministère travaillent sur les scénarios possibles. Les salaires ne sont pas encore fixés », a-t-il renchéri. Le Dr Henrys ne veut parler ni de mauvaise foi ni de mauvaises intentions des syndicalistes de paralyser plusieurs hôpitaux publics. Cependant, il explique qu'au niveau du ministère, les syndicalistes n’ont adressé aucun cahier des charges aux autorités. « Ces dernières ne savent même pas pourquoi ils rentrent en grève », s'est-il écrié. Pour éviter les incompréhensions, le Dr Henrys annonce que lorsque le scénario défini aura été retenu, officiellement le ministère de la Santé Publique et de la population communiquera à tout le monde la nouvelle grille salariale du secteur. « On donnera si nécessaire les explications techniques », a-t-il dit. Pour le moment, un appel a été lancé en faveur de la reprise des activités dans les hôpitaux publics paralysés. Le Dr Jean Hugues Henrys a fait savoir que les démarches ont été entreprises en place en vue de résoudre le problème dans l’intérêt de la population.

Réagir à cet article