FIN DES EXAMENS DU BAC

Les examens se sont plutôt bien déroulés malgré l'interférence de certains parlementaires

Publié le 2017-07-14 | Le Nouvelliste

National -

Le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, a dressé un bilan plutôt positif des examens du baccalauréat 2017. Toute la machine du MENFP est déjà en marche pour que la correction commence dès lundi prochain avec des professeurs qualifiés du système. C’est comme une mise en garde aux parlementaires qui comptent encore imposer des gens à la correction comme ils l'ont fait pour la surveillance des examens. Selon le ministre, la présence de ces personnes sans qualification pour la plupart, imposées par certains parlementaires durant les quatre journées d’examens, était un des handicaps au bon déroulement des évaluations. Il a même donné un exemple d'un parlementaire qui a soumis une liste de 200 personnes pour accomplir cette tâche. À en croire M. Cadet, le respect ou non des consignes est en corrélation avec la personne qui surveille. « De ces examens, l’avenir du pays dépend grandement », a fait savoir le ministre de l'Education nationale pour rassurer les candidats, les parents ou la nation tout entière de la bonne tenue des corrections. Après avoir été très élogieux sur le déroulement de ces épreuves dans le pays, le ministre Cadet a déploré quelques irrégularités telles que des candidats munis de fausses fiches, des récalés du bac régulier, des fraudeurs, des surveillants incompétents. Par ailleurs, le coordonnateur de la Commission adaptation scolaire et appui social (CASAS), Louis Pierre Janvier, a plaidé pour l’augmentation de l’accès à l’éducation des personnes à mobilité réduite en Haïti et la qualité de l’éducation qu’elles reçoivent. « Dans ce centre, nous avons uniquement 20 candidats à mobilité réduite. C’est trop peu », a-t-il indiqué.

Réagir à cet article