Institut Français en Haïti

Leyla McCalla et Delgrès au festival Rencontres des musiques du monde

Publié le 2017-06-23 | Le Nouvelliste

Culture -

Le Jazz, le folk, le blues, la musique racine, sont de ces tendances musicales qui ont embaumé la scène de l’Institut français en Haïti (IFH), le mercredi 21 juin 2017, dans le cadre de la 3e édition du festival « Rencontres des musiques du monde ». La chanteuse et multi-instrumentiste haïtiano-américaine, Leyla McCalla, accompagnée de deux instrumentistes, et le trio Delgrès, ont produit un concert de grande envergure. Sous les lumières de l’Institut français en Haïti, la chanteuse Leyla McCalla est passée d’un instrument à un autre, violon, guitare. Sa voix gracieuse et harmonieuse a envoûté le public. Elle a interprété des chansons traditionnelles du répertoire créole d’Haïti, chants qui ont forcément bercé son enfance, puisque née de parents haïtiens. L’artiste a tour à tour livré au public des musiques du genre jazz, blues, folk, etc. Accompagnée de deux instrumentistes, Daniel Tremblay et Free Feral, jouant banjo et guitare, la chanteuse a célébré l’amour, l’espoir, la liberté et le vivre-ensemble. Avec une grande sensibilité, Leyla McCalla a chanté en anglais, en français et en créole, langues qui l’ont formée culturellement et artistiquement. Elle a ouvert la soirée avec une chanson haïtienne « Minis Azaka », déjà interprétée par des artistes tels que Ti Corne, James Germain, etc. D’autres comme « Latibonit O ; Fèy O, Peze Kafe ; Manman m voye m kenbe Kribich » ont été parmi les chansons de son répertoire pour la soirée. Le texte «Mèsi bondye » de Frantz Casséus, guitariste et compositeur haïtien des années 50, a été brillamment interprété. Le répertoire de l’artiste comprend une musique titrée « A day for the hunter, a day for the prey [NDLR/un jour pour le chasseur, un jour pour le gibier] », inspirée d’un proverbe haïtien. Des chansons comme «Love blues again », « Come in back again », de ses deux premiers albums, ont été, parmi d’autres, interprétés pour le plaisir du public. La star est inspirée également de certains textes de l’immense poète, nouvelliste et dramaturge américain, Langston Huhges. Ce concert a séduit le public. Une bonne partie du folklore haïtien a été servie par cette belle voix de la musique contemporaine. L’artiste Leyla McCalla, au terme de son concert, a déclaré sa passion pour l’histoire et la musique d’Haïti. Elle a confessé son petit faible pour la terre de ses parents et de ses ancêtres.

Wébert Pierre-Louis Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article