Nominations

Les coups manqués de l'administration Moïse-Lafontant: l'UCREF et la secrétairerie d’État à la Sécurité publique,

Publié le 2017-05-15 | Le Nouvelliste

National -

Jeantel Joseph confirme au Nouvelliste qu’il n’est plus le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique. Cependant, le leader du Consortium des partis politiques, proche du PHTK, n’est pas en mesure de dire au journal qui le remplace à son poste. « Je peux simplement vous dire que j’ai été nommé à l’Agence nationale des aires protégées et je serai installé lundi», a-t-il dit au journal, samedi matin, joint par téléphone. « Comme vous, j’ai entendu des rumeurs sur mon remplacement, mais je n’ai aucune confirmation », a ajouté Jeantel Joseph, désormais ancien secrétaire d’État à la Sécurité publique. En boucle, la Télévision nationale d'Haïti défile en bande passante que l’ancien directeur général de la Police nationale, Godson Orélus, a été nommé secrétaire d’État à la Sécurité publique. Cependant, ni le porte-parole de la présidence, Lucien Jura, ni des sources très haut placées au Palais national ne peuvent confirmer la nomination de Godson Orélus. « Pour le moment, il n'y a pas de nouveau secrétaire d'État à la Sécurité publique », selon ce qu’a fait savoir au journal Lucien Jura. Il a confirmé que Jeantel Joseph n'est plus secrétaire d'État à la Sécurité publique et a été nommé directeur de l'Agence nationale des aires protégées (ANAP), une entité du ministère de l'Environnement. Jeantel Joseph, le leader du parti politique sous la bannière duquel Guy Philippe- en prison aux États-Unis et qui a avoué son implication dans le trafic de la drogue- a été élu sénateur de la Grand’Anse, croit dur comme fer que les Américains ont contribué à son limogeage comme secrétaire d’État à la Sécurité publique. Interrogé sur ce que lui a dit le Palais national pour justifier sa mutation à l’ANAP, Jeantel Joseph a indiqué au journal qu’il s’est mis d’accord avec la présidence pour ce changement de poste. « Je n’ai pas besoin d’élaborer sur cette information, mais je sais que vous savez la position de la grande puissance sur ma nomination comme secrétaire d’État à la Sécurité publique. Je défendais l’article 41 de la Constitution de mon pays disant qu’on ne peut pas arrêter un Haïtien pour le forcer à quitter le pays… », a-t-il dit, faisant référence à sa position en faveur de Guy Philippe. Par ailleurs, jeudi dernier, il y a eu également l’installation ratée de Fritz Jean comme nouveau directeur général de l’UCREF. Protecteur adjoint du citoyen et ancien inspecteur général en chef de la PNH, Fritz Jean a été nommé par arrêté pris en Conseil des ministres le 19 avril 2017 pour remplacer Sonel Jean-François qui a pourtant un mandat de trois ans pour conduire les destinés de l’Unité centrale de renseignement financier (Ucref), organisme au coeur de la lutte anticorruption dans le pays. Pour avoir enquêté sur les entreprises privées de Jovenel Moïse, à l’époque homme d’affaires, Sonel Jean-François était dans le collimateur des Tèt kale. La presse a été conviée, jeudi, par Me Heidi Fortuné, ministre de la Justice, à la cérémonie d’installation du nouveau directeur de l’Ucref. La cérémonie a été reportée sine die et les journalistes n’ont pas eu droit à des explications sur ce report. Les rumeurs disent que la communauté internationale est très inquiète des velléités de la présidence haïtienne de contrôler la Police nationale d'Haïti et la machine patiemment mise en place pour combattre la corruption. Elle est d'autant plus inquiète que les raisons avancées pour faire les changements paraissent légères pour ne pas dire inavouables, selon un diplomate.

Réagir à cet article