«Aucuns frais pour les internes des universités privées», révèle une note du MSPP

À l'ère de la problématique de l'accréditation des facultés de médecine en Haïti, le ministère de la Santé publique et de la Population avoue avoir de grandes difficultés à contrôler les finissants des universités privées et décident, par voie de conséquence, de mettre fin aux allocations habituellement accordées aux internes des universités privées. Cette décision a provoqué l'émoi de ces derniers, qui qualifient cette décision de discriminatoire et d'irresponsable.

Publié le 2020-01-14 | Le Nouvelliste

Depuis l'annonce en 2018 du nombre élevé de facultés de médecine non reconnus en Haïti, soit 12 sur 18 parmi celles qui ont déposé un dossier au MSPP, les problèmes relatifs à la formation des médecins ne cessent de défrayer la chronique. 

Le ministère de la Santé publique et de la Population, à travers sa direction de formation, a déjà tenté plusieurs formules, dont certaines restent au stade officieux, en vue de faire face au nombre grandissant de facultés de médecine dans le pays.

Donnant l'impression d'improviser par rapport aux finissants des universités privées, les facultés de médecine de l'Université Quisqueya et de l'Université Notre-Dame d'Haïti ont appris qu'ils ne pourront plus effectuer l'année d'internat à l'hôpital universitaire Justinien du Cap-Haïtien. Cette décision survient dans un contexte où la faculté de médecine du campus Henry Christophe de Limonade compte son premier groupe d'internes.

Cette décision a longtemps laissé les responsables des facultés de médecine perplexes face au risque de devoir former des internes en dehors d'un hôpital universitaire. À l'ère de l'accréditation, cela peut représenter une mauvaise note dans le cahier des facultés de médecine en quête de reconnaissance internationale. 

Ainsi, dans une note portant la signature du directeur général du MSPP, «de nouvelles dispositions sont prises en ce qui a trait aux allocations habituellement accordées aux internes provenant des universités privées», fait savoir cette note.

«Considérant les difficultés de toujours à contrôler le nombre d"étudiants finissants de vos universités et eu égard aux exigences du Trésor public, le ministère de la Santé publique et de la Population se voit dans l'obligation de couper cette allocation dès cet exercice fiscal», lit-on dans cette note qui met fin à la maigre allocation accordée aux étudiants des universités privées. 

Joint par téléphone, le directeur de la formation professionnelle qui gère ces questions au ministère de la Santé publique et de la Population, le Dr Larsen Évans Vladimir, a refusé de donner une entrevue tandis que le sujet défraie la chronique.

«Une décision incohérente», dénoncent les étudiants 

En dehors des considérations liées au Trésor public évoquées par le ministère de la Santé publique et de la Population, les étudiants ont unanimement dénoncé une grande incohérence dans l'annulation de cette allocation. 

«L'État décide d'annuler une allocation accordée aux internes des universités parce qu'ils sont trop nombreux et que fondamentalement rien n'oblige l'État à accorder cette allocation. Parallèlement, l'État n'a jamais pensé à annuler le service social pour les finissants des universités privées qui ont payé sept années d'études et à qui l'État ne daigne plus fournir ni allocation ni frais d'apprentissage», explique un interne de l'Université Quisqueya.

À noter que le service social a été instauré dans une époque où il n'y avait qu'une seule faculté de médecine, celle de l'UEH. L'État, après avoir payé les six années d'étude des étudiants de l'UEH, avait recommandé une année de service avant l'obtention de la licence de fonctionnement. Cette logique de service social a été la même pour les boursiers de l'État qui ont étudié la médecine à Cuba. 
Cependant, avec le pullulement des facultés de médecine, dont cinq reconnues par le MSPP et les médecins diplômés à l'étranger, notamment en République dominicaine, beaucoup de voix se sont élevées en vue de réclamer la fin du service social pour ceux qui n'ont pas étudié aux frais de l'État. 

Au mépris de ces revendications, souligne une étudiante de l'Universite Notre-Dame d'Haïti, l'État a pris la décision de ne plus accorder la modique somme de 9 000 gourdes par mois aux internes des universités privées qui travaillent en première ligne dans les hôpitaux. 

Un problème à résoudre en amont

Depuis la publication de la liste des facultés de médecine non reconnues en Haïti, en dehors de nombreuses autres facultés qui fonctionnent sans jamais faire la demande d'autorisation de fonctionnement, certains se demandent pourquoi le MSPP n'a jamais essayé de résoudre le problème en amont. Souvent, c'est en cours de route que les facultés déposent une demande d'autorisation de fonctionnement, les parents en payent un lourd tribut, dépensant plusieurs milliers de gourdes pour payer les études de leurs enfants. 

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".