Pose de première pierre d'un centre de germoplasme dans le Nord/ MDE

Jovenel Moïse dévoile son plan pour reboiser Haïti

Publié le 2018-02-06 | Le Nouvelliste

Economie -

Accompagné du ministre de l’Environnement, Pierre Simon Georges, du PM Jack Guy Lafontant et d'une panoplie de ministres, le président Jovenel Moïse a posé samedi dernier la première pierre du Centre de germoplasme et de propagation végétale à Quartier-Morin (département du Nord).

Cet énième centre de germoplasme sera inauguré le 3 juin prochain, a promis le chef de l’État, qui explique que ce centre devrait coûter à l’État 2,5 millions de dollars américains et doit produire 4,5 millions de plantules par an. Le président Moïse, qui affirme sa détermination à mettre un terme à la question de déboisement, confie qu’il implantera 14 centres de germoplasme et de propagation végétale dans le pays.

« Mon problème c’est la misère, le sous-développement et la corruption », a martelé le président Jovenel Moïse dans la foulée. Il en a profité pour préciser que grâce au budget de l’exercice fiscal jugé « criminel » par l’opposition, le gouvernement arrive à implanter ce centre de germoplasme.

Jovenel Moïse a insisté, par ailleurs, sur le fait d’instaurer dans le cursus de l’école primaire un programme de reboisement dans lequel chaque enfant doit mettre 100 plantules en terre. Pour le président, c’est une façon de responsabiliser la jeunesse haïtienne dans le reboisement du pays.

Pour réussir son projet de reboiser le paysage haïtien, le chef de l'État dit travailler sur un autre programme qui consiste à intégrer les paysans. Il confie que 100 000 paysans seront rémunérés durant les quatre dernières années de son quinquennat afin de mettre les plantules au sol et de suivre leur évolution. Des arbres fruitiers seront distribués à chacun d’entre eux et ces derniers vont leur revenir de droit. Ce programme, si l’on en croit le numéro un de la nation, veut encourager les paysans, laissés pour compte par l’État, à arroser leurs plantes.

« Si chaque paysan sur 100 000 réussit à planter 100 arbres, cela va faire 10 millions d’arbres fruitiers pendant quatre ans », prévoit déjà Jovenel Moïse, voulant faire du reboisement une politique constructive de son administration. Pour cela, le président pense à une enveloppe de 150 millions de dollars pour mettre en œuvre son fameux projet. Il compte du coup présenter ce programme à des partenaires qui œuvrent dans le domaine du reboisement.

Ses derniers articles

Réagir à cet article