Grangou

Culture -

Mwen grangou la pli

mwen grangou mayi

mwen grangou siwomyel.

mwen grangou yon tan

kote tan te tan

zepi mayi pouse

kote nyaj bradsou bradsou

tap fe la parad nan plafon le syel.

pousye leve

lanme gadem sou kote

li bliye boukante fraz avem

mwen son karavache tou limen

woch karyann tounen lonbray mwen

ke louvri

mwen grangou la pli

mwen grangou mayi

mwen grangou siwomyel.

Quand un vieux lit des romans d’amour en Amazonie

Culture -

Je n’ai pas lu la version espagnole de « Le vieux qui lisait des romans d’amour » de Luis Sepúlveda, mais la traduction française de François Maspero, parue aux Editions Métailié en 1992, est un réel délice pour des pupilles mangeuses de pages. Tout, vraiment tout dans ce livre – la présentation de Pierre Lepape, les notes de l’auteur, l’œuvre elle-même – fait saliver.

Mais des deux notes, l'une a particulièrement retenu mon attention et m’a donné des frissons. Je cite : «Au moment mêm...

La Fokal, l’IFH et les Alliances françaises remettent le patrimoine en question

Culture -

Du 23 au 27 octobre 2017, la Fondation connaissance et liberté (FOKAL), l’Institut français en Haïti et les Alliances françaises en Haïti s’associent pour engager une réflexion reposant sur les enjeux patrimoniaux en Haïti, apprend le journal, selon un communiqué de l’IFH. La conférence de presse annonçant l’événement s'est tenue au local de l'IFH ce jeudi.

Qu’est-ce qui « fait patrimoine » aujourd’hui, en Haïti ? Comment s’y incarne l’histoire ? Quels enjeux, quelles problématiques so...

Adieu Papa Pyè

Culture -

Papa Pyè, le conteur du village, Papa Pyè, le maître de Lavi nan bouk la, un feuilleton culte de la Télévision nationale d’Haïti (TNH) dans les années 70-80, est mort dans un hôpital à Orlando, aux États-Unis. Le mercredi 18 octobre 2017, la nouvelle est tombée. C’était la chronique d’une mort annoncée. En avril 2016, les réseaux sociaux s’enflammaient « Papa Pyè mouri ». Le comédien boulimique, auteur de plus d’une cinquantaine de pièces, écrites sur mesure pour le petit écran, souffrait en...

Hérold Bonté pour deux journées de création en fête

Culture -

Claude Bernard Sérant

De toutes les plantes herbacées qui croissent sur la terre d’Haïti, nulle n’est plus admirée que le bananier. De cette plante, Hérold Bonté tire tout son suc dans l’expression du banéco, savant mariage de la feuille de bananier et de l'écorce. C’est ce formateur passionné, épris de cette matière première locale, qui se mettra à la disposition des enfants et des adolescents pendant deux journées entières à Artisanat en fête, les 21 et 22 octobre 2017, au Parc hist...

Le Village de Noailles se prépare pour Artisanat en fête

Culture -

Croix-des-Bouquets se mobilise pour la fête. Les artistes et artisans s’activent dans leurs ateliers de travail, avec des jeunes comme assistants pour découper et fabriquer certaines pièces. C’est différent dans les villages d’artistes à l’étranger. Les places sont mises à disposition pour offrir des shows aux touristes visiteurs. A Noailles, l’artiste ou l’artisan est propriétaire de son lopin de terre. D’ailleurs, il y habite souvent avec sa famille.

Avec une exposition ouverte dur...

Des accents nostalgiques au Festival de la poésie à Jérémie

Culture -

Claude Bernard Sérant

Deux fils de Jérémie dans la Grand’Anse, sacrés tour à tour invités d’honneur, n’ont pas eu la chance de s’asseoir parmi leurs pairs et les amateurs de poésie pour écouter déployer leurs textes, sur tous les registres de voix, dans plusieurs enceintes de la ville. L’académicien Claude C. Pierre n’a pas été honoré en 2016 à cause du cyclone Matthew qui a ravagé « Jérémie et sa verdoyante Grand’Anse ». L’ancien maire des Abricots Jean-Claude Fignolé, l’un des fondat...

Guy Roberns Rémy : sculpter comme peindre

Culture -

Claude Bernard Sérant

Guy Roberns Rémy, 40 ans, artisan du village artistique de Noailles, à Croix-des-Bouquets, réalise ses pièces sculpturales comme un peintre présente un tableau. Ses sujets traités- instruments de musique, portraits, paysages, marchés, marines-se découpent dans des plans qu’un artiste peintre utilise pour mettre en valeur ses toiles. Qu’il soit à la verticale ou à l’horizontale, que le cadrage soit resséré, qu'il soit un très gros plan, l’angle de traitement...

Dernier coup de pinceau pour Saint-Jean Saint-Juste, peintre de Saint-Soleil

Culture -

Levoy Exil, peintre et sculpteur de Saint-Soleil

Depuis notre rencontre en 1972, Saint-Jean et moi sommes restés très proches, comme nous l’étions tous deux de Tiga jusqu'à sa mort. Mais cela n’a pas empêché que nous travaillions chacun de notre côté, quoique nous ayons peint quelques tableaux ensemble, comme la fresque murale qui orne le mausolée érigé en mémoire de Tiga. Nous avons aussi plusieurs fois exposé et fait du théâtre ensemble, une fois, en 2007, c’était à l’Alliance frança...

Artisanat en fête, moteur de créativité

Culture -

Wébert Lahens

Deux cent artisans vont investir Artisanat en fête, l’une des plus grandes vitrines culturelles d’Haïti. Les dates du 21 et 22 octobre sont à retenir dans le calendrier des consommateurs de biens artisanaux. Le rendez-vous, la 11e édition, est au Parc historique de la canne à sucre. Tout se rencontre dans le même espace. On aura l’embarras du choix. Chaque année, depuis la première édition, l'Institut de recherche et de promotion de l'art haïtien (IRPAH) et Le Nouvelliste,...

La sculpture en Haïti au XXème siècle : La ferronnerie d’art : Murat Brierre

Culture -

C'est en 1966, au contact de Georges Liautaud au Centre d'Art, que Murat Brierre (1938-1988) se met à découper la tôle. Liautaud, dans un premier temps, accepta mal la compétition. La menace du talent de Brierre qui était peintre et qui possédait, bien qu'autodidacte, un sens poussé du dessin et de la composition ne le rassurait pas. Les premiers “fers découpés” de Murat Brierre sont les produits d'études minutieuses qui tiennent compte des exigences de la tôle. Ses dessins préalables, constr...

« Ecorchées vivantes » sous la direction de Martine Fidèle

Culture -

Yanick Lahens a introduit ces ‘’écorchées vivantes’’. Ces neuf (9) femmes blessées dans leurs êtres profonds et intimes en mettant très haut la barre dans sa préface « Ces blessures comme des astres » à cet ouvrage collectif de récits intitulé « Ecorchées vivantes ». Pour elle, « ces jeunes auteures investissent les registres lexicaux tabous liés à la sexualité ou au sacré comme pour infléchir les usages langagiers et les mentalités qui les cautionnent et nourissent l’exclusion des femmes....

« 17 octobre » ou le triomphe d’une contre-révolution

Culture -

D'un certain point de vue, évoquer l'assassinat, la mémoire de Jean-Jacques Dessalines dans un présent politique aussi diffus et confus fait référence à un passé pour le moins victorieux au regard des heritiers de l'ordre colonial et traumatique à celui des classes populaires. C'est-à-dire, les groupes qui occupent une position dominée dans l'espace social, sur le plan économique comme symbolique, et dont les « chances de vies », au sens de Max Weber, sont similaires et limitées. (Gilbert 201...

Sur les traces de Vwalye 2, le projet qui dévoile les talents sûrs

Culture -

Péguy F. C. Pierre

Il y a de cela quatre ans, s’est déroulé le projet Vwalye qui s’écrit aussi "voix liées". Il a été mené de main de maître par l’association Tamise dans le but de révéler de nouveaux talents de la voix, que ces voix chantent, disent ou fassent du rap.

Pendant cinq mois, l’équipe de Gahri Lubin a sillonné plusieurs coins du pays à la recherche de perles rares grâce au programme ARCADES (Union européenne), et au support de nombreux bailleurs. Au cours d'ateliers an...

Jeanne Moreau et Jodie Foster par-delà le temps

Culture -

Quand le 31 juillet 2017 disparut Jeanne Moreau, célèbre actrice française, je n’ai pas du tout pensé à son rôle dans « Ascenseur pour l’échafaud» de Louis Malle. Par contre, son visage impassible, sa froide détermination, sa haine implacable dans le rôle joué dans « La mariée était en noir » de François Truffaut s’imposèrent aussitôt à mon esprit. Je ne sus pas trop pourquoi. C’est curieux ce qu’un rôle peut coller à la peau d’une comédienne. Dans le film, on la voit sur le parvis de l’églis...