Troubles sociaux

L’ancien président Privert, préoccupé par la situation du pays, lance un appel au dialogue

Publié le 2018-07-11 | Le Nouvelliste

National -

L’économie et l’image du pays ont été sévèrement touchées par les émeutes de la semaine dernière à la suite de l’augmentation du prix de l’essence le 6 juillet dernier. L’ancien président Jocelerme Privert, qui se dit inquiet, estime que cette situation risque de fragiliser encore plus la stabilité politique….

Peu à peu la vie reprend son cours à Port-au-Prince qui a connu trois journées de tensions et de violences après la décision du gouvernement d’augmenter les prix des produits pétroliers à la pompe. Cependant, le spectre d’un retour au chaos plane toujours sur le pays. L’ancien président provisoire de la République Jocelerme Privert exprime ses profondes préoccupations et ses inquiétudes par rapport aux derniers événements qui, selon lui, une fois encore, ont endeuillé la population haïtienne, ruiné nombre de nos compatriotes, anéanti les efforts de tant d’entrepreneurs haïtiens et étrangers. « Cette situation risque de fragiliser, encore plus, la stabilité politique indispensable au progrès économique et social du pays », a dit l’ancien président dans une note de presse.

Les victimes de ces trois longues journées de bouleversements et de soubresauts politiques sont nombreuses et se recrutent dans toutes les catégories sociales, a-t-il constaté.

En cette occasion, l'ancien président, qui avait organisé les dernières élections qui ont conduit Jovenel Moïse au Palais national, présente ses sympathies « à tous ceux et à toutes celles qui, soit dans leur chair, soit dans leurs biens, en sont sortis victimes. »

« Haïti, pour sortir de son marasme économique et cheminer sur la voie du progrès a autant besoin de ses fils et filles que de la stabilité politique pour attirer les investissements nécessaires au développement économique et à la prospérité de la population », a-t-il affirmé.

L’ancien président Jocelerme Privert a dit rester convaincu que la paix sociale, la stabilité politique, le dialogue permanent et l'unité sont des éléments indispensables pour créer les conditions nécessaires favorisant ces investissements dont le pays a tant besoin.

Il a exhorté en conséquence tout un chacun à faire l’effort nécessaire à leur concrétisation.

Ebranlé après les trois journées de troubles sociaux caractérisés qui ont paralysé toutes les activités dans l’aire métropolitaine, le chef de l’État a entrepris depuis mardi de rencontrer au palais national plusieurs secteurs comme celui des affaires, durement touché, la classe politique, les ambassadeurs étrangers, les membres des deux autres pouvoirs publics, entre autres.

Ses derniers articles

Réagir à cet article