Sur la non-sélection d’Adrien Rabiot et de Leroy Sané

L’œil rivé / L’oreille tendue

Publié le 2018-06-13 | Le Nouvelliste

Sport -

Dans la liste définitive des 23 Bleus sélectionnés par Didier Deschamps pour l’aventure de la 21e coupe du monde de football, le nom du demi-offensif parisien Adrien Rabiot n’y figure pas. Plutôt le sélectionneur français l’a placé sur une liste de dix suppléants, de laquelle il pourra puiser en cas d’indisponibilité. Touché dans son amour-propre, Rabiot déclina l’offre. Ce fut la stupeur, mais la Fédération française de football avait oublié que les joueurs ont aussi du caractère.

Rabiot s’est toujours vu comme plaque tournante de l’équipe de France. À preuve : son indispensable apport dans l’organisation de jeu du Paris St-Germain. Sauf que le sélectionneur est le chef ; en tant que tel, il est appelé à trancher, à prendre des décisions difficiles.

Par ailleurs, Leroy Sané est écarté de la liste définitive de Joachim Löw. Stupeur, incrédulité. Le sélectionneur allemand, ancien adjoint de Jurgen Klinsman, n’a pas apprécié sa stérilité offensive en 12 caps. À Manchester City, ses coéquipiers croient que la non-sélection de Leroy est une erreur. Personnellement, j’ai admiré sa facilité de dribble, sa force de pénétration. Peut-être que son temps très court de jeu en sélection ne lui a pas permis de s’exprimer pleinement. On lui reproche son inefficacité et sa transparence lors du match amical contre le Brésil.

On n’en finirait pas de déplorer la non-sélection de tel ou tel joueur. Le sélectionneur reste seul maître à bord. Contrairement à Adrien Rabiot qui ne décolère pas, Leroy Sané s’est montré élégant en souhaitant bonne chance au groupe allemand. L’intérêt collectif motive sa démarche. De toute façon, en son for intérieur, il est persuadé qu’il reviendra en sélection. Il ne prend pas mal la chose. Tant mieux !

Jean-Claude Boyer Mardi 12 juin 2018 Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article