« Les gangs armés sont les produits des familles »

La commission des Affaires sociales et des Droits de la famille du Sénat de la République, de concert avec le Forum national pour le renforcement de la famille, a célébré la Journée internationale de la famille, le mardi 15 mai 2018, sur le thème « fanmi se pryorite m ». Cette commémoration a été l’occasion d'attirer l’attention des autorités étatiques et des familles formant la base de la société haïtienne sur leurs responsabilités envers cette institution.

Publié le 2018-05-15 | Le Nouvelliste

National -

« La famille d’aujourd’hui est la société de demain », scande le sénateur de l’Ouest, Jean Renel Senatus, soulignant que la société haïtienne récolte la violence qui a été semée dans le temps. Se référant aux diverses crises politiques qu’a connues le pays, il affirme que la politique est en partie responsable de la démobilisation et la démoralisation de beaucoup de familles.

Quel que soit le chemin emprunté, c’est le résultat qui compte, déclare le sénateur, déplorant le comportement de la société priorisant des mœurs qui les autodétruisent. « Les gangs armés proviennent des familles. C’est au sein de la famille que les enfants apprennent à être cupides», a indiqué Jean Renel Senatus, préconisant des familles conformes et solides pour une nouvelle Haïti.

Par ailleurs, le vice-président de la commission des Affaires sociales et des Droits de la famille a également plaidé pour une politique publique qui tienne compte des familles. D’après lui, l'État doit prendre des mesures visant à protéger les familles, particulièrement les enfants des mauvaises influences véhiculées à travers certains films et vidéoclips. La famille en Haïti est l’institution de socialisation la plus négligée. Il y a urgence pour replacer la famille au premier plan des priorités du pays », a-t-il souligné analysant les problème d’insécurité qui sévissent dans le pays ces derniers temps.

Pour sa part, le président du Sénat haïtien, Joseph Lambert, croit la société haïtienne en cette période précise a plus que jamais besoin de la famille. « Notre système éducatif est en situation de déficit, la protection sociale n’a jamais été privilégiée dans notre vie d’institution et la collectivité n’est pas prête d’atteindre la puissance d’intégration de la famille pour la formation et l’expression du bien social », a fait savoir le sénateur Joseph Lambert.

En se basant sur le rôle important que joue la famille en tant que la cellule d’une société, il a soutenu que les apprentissages dans la famille dépasseront toutes les autres formes d’apprentissage. À cet effet, le président du Sénat haïtien s’est dit engagé dans ce combat pour que la société haïtienne soit constituée de familles solides répondant pleinement à leur mission.

« Qu’Haïti se dote d’une nouvelle politique familiale, qu’elle redonne souffle et vigueur à sa politique de la famille », dit souhaiter le président du Sénat. Une politique qui, selon ce dernier, doit se traduire par un accroissement des ressources que la nation consacre aux familles, tout en considérant le travail des femmes.

Notons que les familles Benjamin et Roseline Lionel et celle de Bertrand Louissaint sont les deux familles modèles ayant été honorées par les initiateurs de cette activité.

Yolande Day
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article