Les autorités dominicaines militarisent la frontière, les migrants haïtiens persona non grata

Une vaste opération de déportation est lancée contre les ressortissants haïtiens vivant en République dominicaine. Les autorités dominicaines ont intensifié ces dernières semaines les arrestations et le rapatriement des migrants dans un pays chauffé à blanc contre les Haïtiens. Des citoyens de la province de Pedernales ont déclaré persona non grata les Haïtiens vivant chez eux, allant jusqu'à accorder 24h aux migrants pour traverser la frontière vers Haïti. Ces tensions coïncident avec la décision du président Danilo Medina de renforcer la présence militaire sur la frontière entre les deux pays.

Publié le 2018-03-12 | Le Nouvelliste

National -

Les images ont été diffusées sur la page twitter du journal dominicain Listin Diario lundi soir. Des ressortissants haïtiens pris à partie, poursuivis à coups de pierre par des ultras dominicains qui les déclarent persona non grata dans la province de Pedernales. Pire encore, ils disent accorder un ultimatum de 24 h à partir de lundi aux migrants haïtiens pour quitter leur pays. C’est l’apogée d’une vaste opération de déportation lancée depuis quelques semaines par les autorités dominicaines contre les migrants haïtiens.

« Demain nous invitons chacun à patrouiller son quartier parce que nous allons chasser les Haïtiens de Pedernales », lance au microphone un homme monté à bord d’une voiture suivie d’un cortège de motocyclettes. « Les Haïtiens ont 24 heures pour abandonner Pedernales », martèlent ces Dominicains qui ne veulent plus voir Haïtien dans leur province. Les autorités du pays ont dû déployer des militaires dans la ville afin d’éviter les affrontements entre migrants haïtiens et dominicains.

Il s’agit d’une véritable chasse aux sorcières orchestrée par les plus hautes autorités dominicaines. Les agents de la Direction de l’immigration, aidés des forces armées, patrouillent les rues, la tension monte, a confié au journal un jeune étudiant haïtien vivant à Santiago de los Caballeros, la deuxième ville du pays. Des Haïtiens sont arrêtés, embarqués express dans les voitures de l’armée pour être déposés dans le point frontalier le plus proche. A cette date, aucune déclaration n’a été faite par les officiels haïtiens tant au niveau du ministère des Affaires étrangères qu'au niveau de l’ambassade d’Haïti à Santo Domingo.

Les illégaux comme les immigrants en règle avec la migration dominicaine sont ciblés dans cette campagne supportée par des nationalistes dominicains. Des ressortissants haïtiens disent vivre la peur au ventre dans cette atmosphère d’hostilité, de xénophobie qui tend à se propager de l’autre côté de la frontière. Ces déportations interviennent au même moment que la décision du président Danilo Medina de renforcer la présence militaire le long de la frontière.

L’information fait la une des grands medias voisins, les unités spécialisées de l’armée dominicaine sont envoyées en renfort par centaines sur la frontière. Plus d’un millier de soldats sont allés renforcer le CESFRONT, l’unité spécialisée dans le contrôle des frontières. D’autres moyens matériels, dont les drones, les hélicoptères, les véhicules tout-terrain sont également mis à la disposition des forces dominicaines pour prendre le contrôle de la ligne frontalière. Des changements sont également opérés au niveau du haut commandement du CESFRONT.

Le président Danilo Medina avait fait l’annonce le 27 février dernier durant la célébration de l’indépendance de son pays. Il faut augmenter la sécurité sur la frontière. Depuis, des dispositions sont prises quotidiennement par les autorités dominicaines en ce sens. D’autres voix s’élèvent dans la société dominicaine pour imposer la force sur la frontière où traverse une grande partie de l’exportation dominicaine vers Haïti. « Il faut reprendre le contrôle de la frontière », a même titré le journal dominicain Listin Diario.

La République dominicaine demeure la première destination des ressortissants haïtiens. L’office national dominicain de statistique avait recensé 458 233 ressortissants haïtiens vivant en terre voisine en 2013. Les Haïtiens sont notamment présents dans l’agriculture, le commerce et la construction. Des milliers de jeunes Haïtiens étudient dans les universités dominicaines.

Ses derniers articles

Réagir à cet article