À Jacmel, le Rotaract club et le centre Toussaint King promeuvent la paix et la non-violence

PUBLIÉ 2018-03-05
Un concert pour la paix et la non-violence a été organisé au Congo Plage de Jacmel, le 2 mars 2018. Il a accueilli des étudiants de l’école de musique Dessaix Baptiste de Jacmel ainsi que les musiciens Kecita Clénard, Amos Coulanges, Claire Lefur, Raymond Gratien et Sissi Percussion.


Initiative du Rotaract club de Jacmel (en formation, car préparant leur intronisation officielle) et du centre Toussaint King, la soirée a su mobiliser un beau public. Les personnalités locales de la ville d’Alcibiade Pommayrac, la presse et les citoyens avertis, les habitants de la ville en général, ont répondu de manière positive à l’invitation qui leur a été faite.

La première partie de cette soirée placée sous le signe de la paix et de la non-violence a été assurée par les étudiants de l’école de musique Dessaix Baptiste qui ont interprété des morceaux classiques, parmi lesquels le célèbre Choucoune. Vint ensuite le quatuor cité plus haut. Claire Lefur s’est évertuée à faire découvrir la douceur de la harpe au public présent en interprétant des morceaux où l'émotion coulait de source. Accompagnée par le guitariste Raymond Gratien, elle n’a cependant pas su retenir l'attention du public.

Par contre le duo Kecita Clénard et Amos Coulanges a su apporter une superbe ambiance à ceux qui avaient fait le déplacement. Le clou de leur performance est sans aucun doute leur interprétation d’une de leurs chansons parlant d’une dame déjà en relation avec un homme et se faisant draguer par un autre. Le jeu de scène des deux musiciens et le dialogue hilarant dont est constitué le texte ont conquis plus d’un. Ces deux-là sont réunis sous le label Metiskacao. N’oublions pas la participation de Sissi percussion qui a pris le public par les émotions, l'amenant à chanter avec lui. Sa prestation résume bien l’adage voulant que tout Haïtien danse dès qu’on joue du tambour. Le slameur M. Ar et le saxophoniste André Noé ont aussi apporté leurs touches à la réussite de ce concert.

Interrogée sur le déroulement de cette soirée, la présidente du club Rotaract en formation de Jacmel, Alexandra Santerre, s’est dite satisfaite. « Le public jacmélien a fait le déplacement bien que ce fut un concert classique. Ce qui signifie qu’il y a toujours des amants de la bonne musique, mais surtout beaucoup à se sentir interpellés par les problématiques de la paix et de la non-violence. »

Signalons que l'événement visait également à permettre au public jacmélien de lier connaissance avec le club en formation ainsi que le centre Toussaint King.



Réagir à cet article