« Glamour TV Show », l'émission tendance d'Anédie Azael Doura

PUBLIÉ 2018-03-01
Peinture, danse, le monde du showbiz, lecture, mode, soirées mondaines, Ticket touche définitivement à tout. Les projecteurs sont certes braqués sur les stars mais l’aspect positif et productif de tout ce qui se fait de bon et de beau est mis en évidence. Cette fois, cap sur les émissions à succès. Aujourd’hui, nous allons parler de « Glamour TV Show ». Une émission présentée par Anédie Azael Doura, ancienne Miss Haïti. On embarque ?


Lancée en novembre 2014, « Glamour TV Show » s’appelait au début « Coin de Beauté » et était une rubrique dans l’émission « Metro Night » animée par Robert Stanley Figaro. Depuis, « Glamour » a fait du chemin. Quatre mois plus tard, soit en 2015, Anédie allait avoir son propre temps d’antenne. 30 minutes rien qu’à « Glamour » pour le plaisir des fans qui suivent l’émission à la télévision ou sur Internet.

Mais comment est venue l’idée de ce programme télévisé, direz-vous ? Car des contenus de la sorte, on n’en trouve pas souvent dans la production télé en Haïti. « L’intention, c’était d’apporter une émission fraîche et nouvelle aux téléspectateurs. Je me suis donc inspirée d’un show qui passe sur les écrans aux États-Unis, ‘‘Fashion Police’’, qui discute des tapis rouges, de ce que portent les célébrités, pour asseoir mon concept. Et en plus, avec mon expérience dans le monde de la beauté, avec ces histoires de Miss et mon magasin Scandal Beauty Supplies, le sujet était plus qu’une évidence pour moi », raconte celle qui a remporté la couronne de Miss Haïti en 2012.

Astuces de beauté, maquillage, mode, Anédie Azael Doura fait de « Glamour TV Show » une émission tendance qui traite des questions de beauté. De fil en aiguille, le programme a construit son public, la chenille est devenue un vrai papillon. « L’émission s’adresse à quiconque s’intéresse aux soins de beauté et à la mode. Toutefois, j’ai un public entre 14 et 25 ans qui manifeste un plus vif intérêt pour mes présentations », explique-elle. L’ancienne coordonnatrice de Miss Haïti Organisation précise que « Glamour » ne concerne pas que les femmes, mais apporte des conseils pour les hommes également.

À « Glamour TV Show », les rubriques ont évolué. Trois au début, celles-ci sont passées à quatre. « Nous avons la rubrique Fashion où nous discutons tapis rouge, nouvelles égéries de mode, vêtements que portent les célébrités. Ensuite, il y a la partie dans laquelle je fais une démonstration de beauté. Soit comment faire un masque capillaire ou des techniques de maquillage. La troisième rubrique que nous avons s’appelle ‘‘Faites-le vous-même’’. J’y explique comment composer des recettes à base d’ingrédients naturels que l’on retrouve dans son jardin, sa cuisine, au marché, etc. On parle maintenant des ‘‘Hot topics’’, le buzz de la semaine. Puis on a ajouté le make over où l’on choisit une personne au hasard, et on change complètement son look, de la tête aux pieds », épilogue Anédie.

L’expérience est pour celle ou celui qui sait en tirer profit un vrai guide dans la conduite de vie. Anédie l’a compris et dit s’améliorer de jour en jour. « Je ne dirai pas que les feedbacks sont toujours positifs parce que je sais que je dois améliorer mon langage. Plus j’avance, plus j’essaie de rendre mon travail meilleur, et ma façon de parler aussi d’ailleurs », dit-elle entre deux rires.

Petites erreurs de langage mises à part, « Glamour TV Show » apporte une touche nouvelle et un peu originale aux émissions que proposent généralement les chaînes de télévision. Si l’envie de mettre en pratique les astuces d’Anédie vous tient, installez-vous devant votre petit écran sur la chaîne 52 tous les mercredis à 7h30 p.m. Si le temps vous fait défaut en semaine, les reprises se font les samedis à 11h a.m. et les dimanches à 11h30 a.m. Pensez également à vous procurer du matériel à Scandal Beauty Supplies qui est sur la route de Frères, tout près de Djoumbala.

Un petit éclat à sa beauté extérieure, et hop ! Sa confiance en soi est boostée !

Madjolah Pierre madjoh90@yahoo.fr



Réagir à cet article