Peinture

John Garçon sacré Artiste universel

L’artiste-peintre haïtien John Garçon reçoit, le samedi 20 janvier, le prix international Léonard de Vinci, l’artiste universel, lors d'une cérémonie au Palais Borghèse à Florence, en Italie. Ce prix est l'une des récompenses les plus prestigieuses dans le monde des arts. Les œuvres du peintre haïtien n’ont pas laissé le jury de ce prix indifférent.

Publié le 2018-01-19 | Le Nouvelliste

Culture -

Mariah C. Shéba Baptiste

En présence de célébrités italiennes et étrangères du monde de la culture et des beaux-arts, ce samedi, John Garçon recevra du prix international Léonard de Vinci, l’artiste universel. Ce prix représente une récompense méritée pour son œuvre. Pour attribuer cet honneur à l'artiste haïtien, le jury a tenu compte du long et riche parcours de ce peintre haïtien, qui, chose étrange, n’a jamais exposé en Haïti. Toutefois, ses œuvres figurent dans "L'Encyclopédie internationale d'art moderne et contemporain" de l’éditeur italien de renom, Roberto Puviani.

Notons que ce passionné d’art, après avoir mis de côté sa carrière de professionnel en droit et en comptabilité, a entamé depuis 1999 une série d’expositions internationales qui l'ont amené à New York, au Canada, en Italie, en France, entre autres.

Cet artiste contemporain cultive un engouement pour le figuratif. Un certain réalisme abstrait anime discrètement les sujets traités. Les objets du réel épousent assez souvent des formes subtiles à travers le prisme de son imagination. Plusieurs toiles de Garçon publiées sur son site accrochent le regard. Citons, entre autres, Fierté paysanne, Cercle de paix, Coquille allumée, Africa, Fraîcheur tropicale, Africa-maternity, Third age, Ana, Enfant-rire, Nu et Vibration.

Garçon fait de son art une représentation d'un monde irréel né de sa seule imagination d'artiste. Dans l’une de ses toiles, il évoque un paysage où le réel côtoie irrésistiblement l’imaginaire. A-t-on déjà vu un enfant qui rit ? Oui, sauf dans le cas où l’enfant en question aurait aussi des oiseaux qui rient avec lui. Tel un poète épris de picto-poésie, son pinceau saisit dans la gamme chromatique un enfant avec des rêves rouges, verts, jaunes et des oiseaux bleus pour l’aider à y mettre plus de couleurs.

L’artiste John Garçon se dit heureux de recevoir cette palme qui lui a coûté des années de travail. Il reviendra après réception de celle-ci dans son pays natal, fier, avec un titre d’artiste universel et profitera de l’occasion pour exposer quelques-unes de ses œuvres. A noter que, dans le catalogue et la galerie du prix international Léonard de Vinci, il suit l’artiste peintre marocaine Hayat Saïdi.

Mariah C. Shéba Baptiste maria.mcsb52@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article