Les vêpres de l’An 10

Dans l’attente de la publication, sur Le Nouvelliste, de quelques extraits du prochain roman de Ginette Chérubin « Triple transe » inspiré par le séisme, l’auteure nous propose, à l’occasion du 12 janvier, un poème tiré de son recueil « Pépites 1 ».

Publié le 2018-01-11 | Le Nouvelliste

National -

Explosions pétarades

détonations qui vibrent tel un tonnerre d’Ogou

Êtres cois ahuris

ballotés saccagés propulsés

Pesanteur

Apesanteur

Goudougoudou… Goudougoudou…

Tout vacille tout tremble

La terre craque explose exhibe ses viscères

la terre enrage diabolique

Jésus ! Jésus ! Jésus !

Les lèvres psalmodient en chorus une supplique

qui martèle le glas

Mémoire de vêpres jérémiennes

mémoire de vêpres du Bel-Air

L’effroi la terreur…

sur notre terre prodige et mal aimée

Goudougoudou… Goudougoudou…

Écho redondant

tintamarre insulaire

résonance outre-mer

Épaisse nébuleuse

un nuage poussiéreux se disperse

enrobe tout ce qui bouge

suffoque et tue

Jésus ! Jésus ! Jésus !

L’inconditionnelle indulgence apostrophée

se tait

Silence !

Place à l’horreur

La mort passe…

Crescendo de voix abyssales

geignements gémissements

mugissements rugissements

braillements

hurlements gueulements

grincements raclements...

Les têtes sautent les yeux quittent leurs orbites

les mâchoires se disloquent

les peaux crèvent les membres s’écrabouillent…

La mort frappe têtue abjecte cynique

impitoyable insatiable

Le sang suinte le sang coule le sang gicle

partout partout partout

La terre a faim

La terre a soif

Il faut payer un tribut à la terre

12 janvier 2010 4heures 53 minutes

Goudougoudou... Goudougoudou...

Trois cent-mille têtes d’hommes et de femmes

fissurées fracassées

hommes et femmes lacérés déchiquetés

macérés dans leurs eaux et leur sang

Du sang du sang

du sang partout sur cette terre des prémices

cette terre des marrons de la délivrance

et de la liberté

terre de consécration de l’universelle humanité

Oracle

signe des temps

Goudougoudou... Goudougoudou

trente-cinq secondes d’éternité

la mort dans tous ses états

ubi et orbi

Corps crispés gisant au sol

miasmes

orgie de macchabées

Jésus ! Jésus ! Jésus !

La terre d’Ayiti entre dans la transe

Gigi (Extrait du recueil de poèmes : « Pépites 1 ») Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article