La FHF a tenu son congrès ordinaire

En présence de 18 des 20 représentants de clubs de première, deuxième, troisième division et du football féminin, choisis lors des élections préliminaires, la Fédération haïtienne de football a tenu son congrès annuel, le dimanche 7 janvier au Centre Joseph S. Blatter (Croix-des-Bouquets). Les problématiques liées à la dernière saison et les nouvelles dates pour débuter l'édition 2018 ont été au centre des débats. Yves Jean-Bart, n'en déplaise à ses détracteurs, s'est attribué un satisfecit à l'issue de cette séance de travail.

Publié le 2018-01-10 | Le Nouvelliste

Sport -

Trois membres importants du comité exécutif de la FHF ont brillé par leur absence. Ce sont : Monique André, Étienne Beauvoir ou encore, Rosnyck Grant, responsable de la commission nationale des arbitres (Cona). Cette dernière n'est autre que le pilier de nos championnats nationaux. Autres absences remarquées, les représentants du Cavaly AS (D1) et de Valentina (football féminin) alors qu'ils avaient été choisis pour participer à ce congrès.

Joint par téléphone, le président de la FHF, malgré ses irrégularités, a laissé entendre que : " Ce congrès nous a permis de présenter une vision claire de ce que nous sommes et où nous voulons aller en nous attaquant à de graves carences qui handicapent notre beau sport comme les carences  physiques qui nous poussent à négocier avec deux grands spécialistes mondiaux via la FIFA pour que nos jeunes ne ressemblent plus à des enfants perdus dans un combat d’hommes et pour que nous puissions les initier très tôt en les préparant pour les combats, les duels, l’agressivité physique qui sont la norme dans le football moderne".

Faisant allusion à ce congrès, Yves Jean-Bart a souligné les progrès réalisés par sa fédération, en disant : " Ce congrès a pu montrer que notre fédération misérable, qui n’avait pas même une salle de réunion en 2000, et dont le secrétariat logeait dans une pièce louée à l’avenue du Travail, est devenue une grosse entreprise avec son village de football à Croix-des-Bouquets, son école primaire et secondaire, ses championnats régulièrement organisés toute l’année en trois divisions, avec montée et descente, près de 10 équipes nationales en activité toute l’année qui brillent aux championnats de la région, en occupant presque toujours les premières places.

Le # 1 de la FHF a, visiblement confiant, fait l'éloge de sa fédération en citant quelques réalisations. Selon ses dires, la FHF est : " Une association qui s’est progressivement organisée pour revenir au niveau où elle était 60 ans de cela, c’est-à-dire une association qui travaille sur tous les fronts, qui gère les activités de plusieurs équipes nationales filles ou garçons, qui conduit des compétitions majeures à tous les niveaux suivant un calendrier calculé, scrupuleusement respecté et qui enfin, depuis 8 ans, entreprend une politique d’élite. Grâce à cette politique, des jeunes sont intégrés dans un système football - études muni d'un centre de formation de haut niveau avec terrains gazonnés, clinique médicale, gymnasium de musculation et alimentation contrôlée".

Les dates suivantes : 18 février, 4  mars et 11 mars sont choisies par l'Assemblée pour débuter avec l'édition 2018 des championnats nationaux de D1, D2 et D3. Reste à savoir s'ils pourront disputer ces compétitions vu que nos clubs ne remplissent toujours, il y a de cela trois bonnes années, les conditions pour qu'ils obtiennent la licence FIFA/Concacaf.

Signalons qu'aucun délégué de clubs, participant à ce congrès ordinaire de la FHF, tenu le dimanche 7 janvier 2018 au Centre FIFA-Goal (Croix-des-Bouquets), n'a levé le doigt pour démentir les informations selon lesquelles, les 20 délégués ne font qu'assister sans poser en priorité les problèmes qui gangrènent notre sport roi.  

Ses derniers articles

Réagir à cet article