Greffin et Beauduy s'en souviennent

Certains habitants de Galette Greffin et de Beauduy se plaignent de la perte des pratiques agricoles, leur principale ressource.

Publié le 2018-01-10 | Le Nouvelliste

Economie -

Les Galette Greffin et Galette Beauduy sont une localité que partagent les communes de Pétion-ville et deTabarre et qui s'étend jusqu'au lit de la rivière grise. Cette zone où l'on cultivait entre autres canne-à-sucre, pistache, haricot, épinard, carotte, betterave, tain, patate, maïs, banane, poireau, se voit perdre sa verdure pour devenir un quartier résidentiel.

Cette transformation a commencé en 2012. Les cultivateurs ont commencé par être découragés dès 2011, et se sont résigner à vendre la terre cultivable à des entrepreneurs ou à des citoyens à part entière en raison d'une sécheresse accrue qu'a connue la zone.

Selon Philostin Célestin, originaire de Galette Beauduy <>

Encore ajoute-t-il que sa famille s'adonnait surtout à la culture de haricots, de banane et disposait de cocotiers et de 13 arbres véritables. Aujourd'hui, se plaint-il, il n'en nous reste pas un seul.

Gerda de Galette Beauduy, explique: << Tout a fané d'un coup, les cultures se perdaient ainsi. La population a beau résisté au problème d'irrigation, mais en vain. Aujourd'hui nous nous attristons en nous voyant acheter de l'épinard, de la betterave, et de la pistache que nous estimons chers, nous qui étions dans le temps fournisseurs de ces produits pour beaucoup de marchés dans la zone métropolitaine>>.

De la vente des parcelles de terre, certains se sont acheté des motocyclettes pour faire le taxi. D'autres arrivent à faire voyager leurs enfants. << Un fort pourcentage est enregistré pour le chili et le Brésil, d'après Fritznold Milus, un jeune d'environ 30 ans de Galette Greffin.

Beaucoup d'autres, regrettant ce temps qui passe et qui ne revient pas, se retrouve encore sans travail devant le départ de la culture de la terre, leur unique activité économique qui constituait leur héritage. Comme Céles Joël, père de famille, un notable de la population Greffinoise disant: << La zone n'était pas parée pour ce tournant, d'ailleurs depuis que j'ai déposé ma houe, je ne trouve rien d'autres à faire, malgré mes études. >>

Ainsi, beaucoup d'autres localités du pays, pour une raison ou pour une autre continuent à renoncer à la culture agricole comme Greffin et Beauduy. Quant aux produits que nous devrions en tirer, ils sont en train d'être importés de la république voisine.

Lismène Joseph Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article