Un jeune Gonaïvien lauréat du prix Poésie en liberté en France

Après le Gonaïvien Carl B. Wisther, deuxième lauréat du prix Poésie en liberté en 2016, Niklovens Fransaint, 21ans, a encore fait la fierté de la ville de Jacques Stephen Alexis. À lui seul, il a raflé deux distinctions en une seule année. Du 15 au 19 novembre 2017, il a été à Paris pour recevoir son prix.

Publié le 2018-01-09 | Le Nouvelliste

Culture -

Le jeune poète Niklovens Fransaint, qui n’aime pas trop parler de lui, vient de recevoir le troisième prix Poésie en liberté pour «Je connais un mot», et le prix spécial Dis-moi dix mots pour «Chez moi » en France, en juin dernier. Il a été à Paris du 15 au 19 novembre 2017 pour recevoir son prix. Classé troisième lauréat à la 19e édition de ce concours, Niklovens se dit heureux tout simplement.

« Je connais un mot », expression qui parcourt ses vers, ne s’identifie que dans une forme abstraite. L’auteur tisse ses projets par cadence « aux éblouissements complaisants du vent »:

«Je connais un mot qui tricote mes desseins,

Mon orgueil intact ;

Ce mot détient les résonances du tam-tam

Et fait déblatérer les masques

La froideur de mes libations à l’honneur des vieux d’Afrique

Les bonds de mon enfance.»

Une expression qui se conçoit pour redéfinir et chercher « ce vide amnésique qui frémit, ce mot néant qui inonde » le versificateur.

«Je connais un mot qui invente les pas de la liberté,

Sur les seuils de la solitude,

Qui palpe l’azur d’herbe fraîche d’automne ;

Nos paupières somnambules, de suies grises.»

Avec «Chez moi », Niklovens a voulu donner à voir les réalités de son pays. Prix spécial « Dis-moi dix mots », ce poème est particulier en son genre. « C’est ma façon à moi de traduire nos réalités, de dénoncer nos maux, nos folies», a-t-il souligné laconiquement.

« Chez moi,

On est tous des fous :

On héberge chez soi n’importe qui en plein soir ;

Fait pleuvoir des ressacs de Compas Direct.»

Pour le jeune poète qui crache : « Chez moi, on est tous des nomades ; on saute pour attraper les nuages par la queue », l’écriture est une arme. Il faut trouver son style, son souffle et y tracer sa voie.

Poésie en liberté est un concours international de poésie française. Il est ouvert à toute personne en formation de 15 à 25 ans.

Eunice Eliazar eunice18271@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article