Haïti participe au Youth America Grand Prix

PUBLIÉ 2017-12-29
Du 4 au 7 janvier 2018, 4 danseurs de chez Lynn Williams Rouzier participeront aux demi-finales de l’édition 2018 de la Youth America Grand Prix à Philadelphie. Selon la chorégraphe Marynn Rouzier, cela doit être perçu comme un grand honneur pour Haïti parce que c’est la première fois que des fils et des filles du pays participent à ce prestigieux concours de ballet classique.


Sur une musique de Bach puis sur la bande originale du film Dead island, les deux doublets qui vont prendre part du 4 au 7 janvier aux demi-finales de l’édition 2018 du concours de danse classique « Youth America Grand Prix » ont exécuté ce 29 décembre une belle chorégraphie. Les quatre mousquetaires sont Ronael Chéry, 18 ans; Bérisha Fareau, 15 ans, Alisha Fareau, 12 ans; Yoshitada Hatta, 13 ans. Tous pratiquent la danse chez Lynn Williams Rouzier.

Selon Marynn Rouzier, chorégraphe de l’école, la Youth America Grand Prix est un concours prestigieux de ballet ouvert aux jeunes danseurs vivant aux Etats-Unis et dans plusieurs autres pays. En plus de la possibilité de gagner un grand cachet, cette compétition permet aux meilleurs candidats d’intégrer professionnellement les plus grandes compagnies de danse du monde, à New-York, en Europe ou ailleurs.

Selon la danseuse, Haïti y participe cette année grâce au jumelage entre son école et le Norwalk metropolitan youth ballet. La vidéo de la prestation des jeunes a été acheminée au concours il y a plusieurs semaines. C’est naturellement avec joie que l’école et les jeunes ont appris la nouvelle. « C’est un grand honneur, confie Marynn, pas juste pour l’école mais pour tout Haïti car c’est la première fois que des fils et filles du pays y participent ».

C’est pareil pour les concernés. Pour Bérisha c’est un objet de fierté. Sa sœur Alisha souhaite que notre pays participe d’autres fois encore tandis que Ronael souhaite pouvoir donner de son mieux pour pousser sa candidature plus loin. Yoshitada, qui est fils de l’actuel ambassadeur japonais en Haïti, se réjouit de pouvoir défendre les couleurs haïtiennes. « Haïti c’est mon chez moi depuis 3 ans, dit-il, c’est normal que je défende ses couleurs même si le Japon participe également à ce concours. »

Pour se préparer en conséquence, les jeunes ont dû passer d’un régime de huit heures d’entraînement par semaine à dix heures. Marynn admet toutefois que ce n’est pas une raison de les brusquer. « Qu’ils reviennent avec une prime ou pas, de toute façon on est fier déjà qu’ils y aillent », confie-t-elle. Ce voyage est rendu possible grâce aux contributions de la créatrice de mode Charlotte Tanis, qui a confectionné les costumes, du ministère des Finances et de plusieurs parents de l’école.

Les demi-finales se dérouleront du 4 au 7 janvier à Philadelphie, tandis que la finale est prévue pour le mois d’avril à New-York.



Réagir à cet article