Wendyyy en concert pour la première fois à Léogâne, un coup de maître !

PUBLIÉ 2017-12-29
Pour la première fois à Léogâne, la dream team Magic Touch-Wendyyy, a organisé un grand concert de rap créole, full band. Faire les choses autrement, c’était le challenge. Avec Baky, Shishie, Thelo, Trouble Boy, Tony Mix, Vag Lavi, DJ Nal, Toby et autres, la soirée avait tout pour être totalement réussie. Atys Panch, qui assurait le rôle de MC, a su motiver la foule et la regrouper après qu’elle se soit dispersée suite aux dérapages qui avaient eu lieu.


Des concerts live, full band, sans playback, on en a déjà vus. Mais, du rap créole en Haïti, c’est une entreprise assez audacieuse. Sur une idée de Wendyyy, Magic Touch a réuni une team pour régaler le public de Léogâne d'un produit raffiné aux saveurs de rap créole. Le rappeur ne s’est pas juste contenté d'offrir une prestation en direct, il a redéfini le live.

Sur une superficie d’environ 6000 mètres carrés s’étend le terrain de l’Ecole des frères Louis Borno. En plein centre de Léogâne, c’est le lieu parfait pour recevoir les centaines de personnes qui s’amènent pour le grand concert. Au programme : Trouble Boy, DJ Steezy, Tony Mix, Valmix, BMix, Nal, Bullet, K9 et DJ Ordier, Baky, Magic Touch, Thelo, Toby Anbakè, Vanessa, Shishie, Fatima, Big Jim, Blackboy, Mada-Mada, Miter G, Atougang, J-Beatz, K-Dilak, Black Mayko, Pimpbrand New, Rozo-G, Zowo_Nego. Un line-up bien rempli, sa nou wè ?

Ordier, un DJ de Léogâne, donne le coup d’envoi de la soirée qui, en dépit d'un retard pesant, s’annonce « trip ». Il mixe plusieurs morceaux sur sa console. Le public est plutôt réceptif. Le temps de changer de console, c’était au tour de Tony Mix de faire bouger cette foule qui grossissait à vue d’œil. Dès qu’on dit Tony, on voit slogans à profusion, les uns plus ahurissants que les autres. Euphémisme de dire que le public a réagi instantanément, moun yo te dekontwole !

La temperature est montée d’un cran avec l’apparition de Baky sur scène. L’artiste a revisité plusieurs de ses hits que les fans n’ont pas hésité à reprendre avec lui. Il a le « groove », il a le « vibe » et surtout, li te bay fanatik yo doub blan an. Bien que de courte durée, la performance a satisfait plus d’un. Yo pa t ka plenyen ! Et changement de registre ! Place à la comédie. Pendant près d’une quinzaine de minutes, Atys Panch et Atougang ont amusé l’assistance avec leurs blagues et leurs mimiques. Une pointe d’humour ne fait jamais de mal.

Pour la suite, Vag Lavi, plus en a capella que sur des beats, a craché quelques rimes au micro pour le plaisir des Léoganais. Lequel plaisir a décuplé avec l'apparition de Black Boy tout de suite après. Jeunes et moins jeunes reprenaient les paroles des hits de l'artiste à gorge déployée. Black Mayko, quant à lui, a cassé la baraque.

Si le public était enthousiaste et encourageant, la prestation de DJ Nal, elle était peu convaincante. Il est vrai que les fans ont répondu positivement à ses slogans lancés à tout va mais on ne sentait pas la verve habituelle du DJ. Le temps qu’on s’aperçoive de son manque de ferveur, le moment était à un groupe de rappeurs de la ville. Ils ont fait leur show. Force était de constater que la population de la cité d’Anacaona s’y connaissait en rap. Pas un refrain, pas un couplet ne leur était inconnu.

Fébrilité, ivresse, réservoir de satisfaction rempli à moitié, les supporters en voulaient encore. Magic Touch ba yo Toby ! Entre « Yo di m paka zanmi fi » et « Anemi » la galerie a été épatée. Mais l’ambiance fut de courte durée. Des jets de pierres et de bouteilles venant de l’extérieur ont soudainemment atterri dans le parc telles des bombes lâchées par des avions de chasse. Panique générale, la foule se disperse. Les organisateurs demandèrent une intervention rapide de la police qui était sur les lieux. Quelque 15 minutes plus tard, les spectateurs commençaient à se regrouper timidement. Toby reprend sa prestation. Soudainement, les fans se mettent à courir, pour laisser le parc ou chercher un coin éloigné du stage.

En effet, lapolis t ap bay gaz lakrimojèn dans le but de disperser les malfrats qui mitraillaient de pierres et de bouteilles l’espace de l’activité. Par ricochet, le public a été touché. Lè tout moun panse pwogram fini, fanatik yo tounen lè MC a mande yo pou yo pa ale. Incertitude et doute. Finalement, l’odeur du gaz dissipée, ils reviennent vers le stage. Un moment de soulagement pour Trouble Boy et Wendyyy qui ne s'étaient pas encore produits.

Trouble Boy, égal à lui-même a revise l sou trak la pandan li pral nan peyan l pou yo. Les soucis d’il y a quelques instants déjà jetés aux oubliettes, le public était aux anges. Toutefois, des problèmes de son l’ont obligé à chanter presque entièrement a capella. Si bien qu’il a joué deux fois « pral nan peyan m pou yo » quand enfin BMix réussit à mixer correctement sur sa console.

Le moment tant attendu arrive enfin. Les musiciens s’installent. Un keyboardiste, un bassiste, un guitariste, un batteur, un tambourineur, les deux choristes et Magic Touch à la console. La lumière s’éteint, silence sur le stage. On entend sa voix de loin qui se rapproche de plus en plus : le king est dans la place ! La foule en délire l’accueille avec un tonnerre d’applaudissements.

Première partie : rap konsyans. Dès les premières notes de « lavi bèl men nou egoyis », le public a repris les paroles. Et cela a continué jusqu’à la fin de l’acte. Deuxième partie : rap lanmou. Depi kilè « thug » pa konn chante lanmou ? Wendyyy l’a fait, et bien, en plus ! Son interprétation de « Ansanm », avec la comédienne-chanteuse Shishie, a été sans faille. Leur complicité sur scène est sans pareille, ce qui rend leur prestation forte en émotions. Le rappeur a conservé la même frénésie chez ses fans sur « Idéal », « 1 dous 1 cho », etc. Troisième partie : rap chalè. Il a passé en revue ses hits. Cependant, « Dekontwole », « Livrezon » et « Gaspiye », son dernier tube en date, n’étaient pas dans la playlist. Dommage !

A noter que le concert ne s’est pas vraiment déroulé comme prévu. Fatima, Vanessa, J-Beatz, et plusieurs autres artistes ne se sont pas produits. Le groupe de danseuses n’a présenté aucune chorégraphie. Etait-ce dû aux dérapages qui ont eu lieu ou pour toute autre raison ? Néanmoins, la dream team a remporté le pari à l’Ecole des frères Louis Borno de Léogâne pour ce concert. Wendyyyyyyyy ! Bon bagay man !

Madjolah Pierre madjoh90@yahoo.fr



Réagir à cet article