“La population s’est appauvrie pendant les 12 derniers mois”, dixit Kesner Pharel

Publié le 2017-12-28 | Le Nouvelliste

Economie -

« 2017, c’était une année difficile », a affirmé sans ambiguïté l’économiste Kesner Pharel, au cours d’une conférence de presse, mercredi écoulé, au Complexe La Fayette, pour partager l’analyse du Group Croissance sur la performance économique et financière d’Haïti en 2017. Chiffres à l’appui, le patron du Group Croissance a soutenu que la population s’est appauvrie pendant les 12 derniers mois.

« Les conditions de vie de la population se sont détériorées à cause de désastres naturels, des incertitudes politiques et de la somme des autres problèmes », a poursuivi Kesner Pharel. Parmi les autres problèmes, l’économiste a identifié le taux d’inflation à deux chiffres qui caractérise l’économie haïtienne depuis au moins deux ans. Il a souligné que tout au long de l’exercice fiscal 2016-2017, le taux d’inflation est resté au dessus de la barre de 12% en glissement annuel.

Sur le plan économique, les résultats sont négatifs, d’après l’économiste Kesner Pharel. « Avec une économie qui ne croît pas suffisamment, une économie qui ne crée pas assez de richesses et qui, en même temps, enregistre un taux d’inflation élevé, les résultats ne peuvent que être négatifs », dit-il.

À cause de la hausse des prix, l’économiste Kesner Pharel a fait savoir que le pouvoir d’achat de la population a diminué. « Cette situation inflationniste touche sévèrement les salariés qui ne peuvent pas tendre la main aux gens se retrouvant au chômage », a expliqué le président et directeur général du Group Croissance.

Au cours de l’exercice fiscal 2016-2017, le taux d’inflation a frôlé la barre des 16% en atteignant un pic de 15,8% en glissement annuel et 14,7% en moyenne. Malgré une baisse du taux de change de 10%, l’inflation ne suit pas la même tendance. Le taux de change est passé de 69 à 62,2 gourdes pour un dollar de mars à juin 20017, tandis que le taux d’inflation a augmenté en passant pendant la même période de 14,3% à 15,8%.

Pour l’année 2017, l’économie haïtienne s’est retrouvée coincée entre une croissance faible et une inflation élevée. Des économistes envisagent les perspectives pour l’année avec beaucoup de prudence. Les mouvements de protestation, le financement du déficit budgétaire pendant les trois premiers mois de cet exercice à hauteur de 5 milliards de gourdes, d’après un ex-gouverneur, suscitent des inquiétudes chez certains économistes.

Ses derniers articles

Réagir à cet article