Championnat Haitien de football professionnel 2017 : Serie de cloture/Plays offs/finales

Qui est Antoine Sardouin, l'entraineur qui a conduit l'AS Capoise au titre?

Il n’avait jamais été champion national en tant que joueur, pourtant à l’issue de la série de clôture, Antoine Sardouin a réussi le pari de mener l’AS Capoise sur le toit du football haïtien, en tant qu’entraîneur alors qu’il n’avait pour mission que de sauver le vieux coq de la relégation. Coup de poker? Le Nouvelliste lui a posé la question

Publié le 2017-12-27 | Le Nouvelliste

Sport -

Le Nouvelliste : M. Sardouin, bonjour ! Dites-nous comment a été votre arrivée au Cap-Haïtien pour la nuit de noël ?

Antoine Sardouin : Je ne peux pas expliquer l’accueil que les fans ont réservé à l’AS Capoise fraîchement couronné « champion national » au Cap-Haïtien. Les rues étaient bondées de fans en liesse et j’ai eu l’impression que nous vivions cette période où le Cap-Haïtien accueillait le carnaval national.

Le Nouvelliste : Qu’est-ce qui s’est passé dans votre tête quand l’arbitre de la partie a sifflé la fin de la partie, ce qui confirmait que vous deveniez alors « champion national » ?

Antoine Sardouin : Dès l’ouverture du score (ndlr :Frantz Moïse, 19e minute), je savais que le titre était assuré car je savais qu’il était pratiquement impossible pour le Racing FG de marquer 3 buts contre nous sans en encaisser d’autres. Cette certitude m’emplissait de joie car je n’avais jamais été champion en tant que joueur, donc c’est la première fois que cela m’arrivait parce que ce n’est pas facile. Je ne l’ai jamais été comme joueur mais je le suis comme entraîneur et je ne peux pas expliquer les émotions qui m’ont traversé.

Le Nouvelliste : Un petit flash back ! Quand on vous a appelé pour remplacer un entraîneur de la trempe de Maxime Auguste vous n’aviez pas eu peur ?

Antoine Sardouin : Non, je n’ai jamais eu peur parce que j’ai confiance dans ma méthode de travail. Beaucoup, craignant que je ne me casse les dents, ont éprouvé une certaine appréhension pour moi mais je leur ai toujours dit que si les joueurs qui composent l’équipe étaient des joueurs de caractère, nous allions remporter la compétition.

Le Nouvelliste : Qu’avez-vous changé dans ce groupe pour en tirer une équipe compétitive ?

Antoine Sardouin : Maxime Auguste avait réalisé une bonne préparation foncière qui a fait de l’équipe une équipe physiquement à point. Je n’ai eu qu’à apporter ma vision tactique, mon point de vue de technicien et surtout travailler avec le groupe sur le plan mental pour pouvoir en tirer une équipe compétitive.

Le Nouvelliste : « Dites-moi si vous allez continuer votre aventure d’entraîneur avec l’AS Capoise après le dekabès (maintien en D1 et titre national) obtenu?

Antoine Sardouin : Ne parlons pas de dekabès encore car pour moi il y aura dekabès si je parviens à conduire le groupe vers un titre de champion des champions. Ce trophée est un trophée à prendre (L’AS Capoise devra le disputer contre le Real Hope, vainqueur de la série d’ouverture). Ensuite je pense que je continuerai l’aventure puisque l’équipe et moi avons atteint les objectifs que les dirigeants s'étaient fixés à travers nous.

Le Nouvelliste : Une question insolite Antoine. Vous avez coaché l’AS Capoise contre toutes les formations durant la série de clôture, si vous deviez choisir les 11 meilleurs à leur poste à votre avis, qui auriez-vous choisi ?

Antoine Sardouin : (rires), Gardiens: Luis Valendi Odelus -Latéral droit : Samuel Mardochée Pompée, arrières centraux: Alexis Djimy-Bend, Canès Jn-Charles, latéral gauche : Chedlin Francoeur - 2 demis défensifs : Dany Camille, Yvenet Noël - Ailier droit : Peterson Joseph, milieu offensif axial: Hvaniel Sirin, ailier gauche: Frantz Moïse - Attaquant: Jamesley Daniel

Mon équipe évoluerait en 4-2-3-1

Antoine Sardouin en bref: Né à Saint-Raphaël dans le Nord le 13 août 1981, Antoine Sardouin commence sa carrière en D1 dans les rangs du Zénith Athlétic Club en 2002 comme défenseur. Il y passe 5 années avant d’être enrolé par l’Association Sportive Capoise en 2007. Il porte les couleurs de l’AS Capoise pendant six saisons, gagne deux Super 8 mais connaît aussi une relégation sans jamais remporter de titre de champion national. Célibataire et père d’une fille, il choisit de subir des stages de formation en tant qu’entraîneur (2013, 2014, 2015, 2017) et commence à travailler comme entraîneur depuis 2014. Il remporte son premier trophée comme entraîneur à Provost mais c’est son premier titre majeur depuis le début de sa carrière d’entraîneur en 2014.
Enock Néré
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article