Ginite Popote, un modèle pour les jeunes de Cité Soleil

Danseuse, comédienne et sociologue, Ginite Popote est cette jeune femme, sortie des entrailles de Cité Soleil, qui s’est donné pour mission d’aider les jeunes des milieux défavorisés, notamment ceux de la zone qui l’a vu naître, en utilisant la culture comme outil. À travers une jeune structure du nom de « Passage », Promotion de l’action sociale symbolique et artistique pour une génération émancipée, elle se sert de l’art pour former les jeunes, aiguiser leur sens créatif, et leur donner goût à la lecture. Fraîchement désignée « ambassadrice de bonne volonté pour la commune de Cité Soleil », Ginite se consacre entièrement à l’encadrement des jeunes de sa communauté, et ces derniers ont foi en son dévouement.

Publié le 2017-12-26 | Le Nouvelliste

Culture -

« Nan vil Vèrèt, kote vil la te disparèt la, te gen dlo ki te desann, epi anpil moun te met ansanm pou ede m travèse. E se la m di, fòk mwen fè yon bagay ki rele Pasaj», raconte la coordonnatrice de l’association, Ginite Popote. Formée au départ avec des jeunes de l’École nationale des arts (ENARTS) en 2015, l’association Passage vise à apporter sa contribution dans les milieux défavorisés, le centre-ville et les zones reculées des villes de province. Une grande majorité de leurs activités sont organisées à Cité Soleil, mais aussi Petit-Trou de Nippes, à La Saline, pour ne citer que ces zones.

« Former pour transformer », voilà le slogan qu’utilise l’association Passage, tel un mantra pour atteindre au mieux son objectif auprès de ces jeunes. En effet, de nombreux ateliers de formation sont organisés sur la danse, le théâtre, l’écriture, la lecture, les arts plastiques, dans le but de permettre à ces jeunes de Citté Soleil de se servir de leurs capacités artistiques pour transformer leur environnement immédiat.

Avec Passage, ou encore Ginite Popote, il n’est pas seulement question d’art, mais aussi de littérature. Ils organisent des sorties avec les jeunes, en compagnie de certains clubs littéraires, et c’est dans cette même lignée que Passage, en collaboration avec Phrase ambulante, lance un projet baptisé « Culture du livre ». C’est un projet visant à inciter les jeunes à se lier d’amitié avec les ouvrages, à faire connaissance avec les auteurs, à fréquenter les clubs littéraires et, pourquoi pas, en former. Ce visuel sur les livres n’est pas récent, vu la participation de ces jeunes à Livres en folie, cette activité livresque où se donnent rendez-vous, chaque année, les amoureux de la littérature. L’intérêt de Passage est aussi porté sur la délinquance juvénile, la grossesse précoce chez les jeunes filles, la situation des enfants des rues et aussi de ceux en domesticité.

On voit bien à travers les dires de Ginite qu’elle essaie, du mieux qu'elle peut, de faire cette projection sur les jeunes, en ce sens que si elle a pu se faire une place au sein de cette société, où les clichés ne sont pas des moindres par rapport aux zones d’évolution, pourquoi pas eux. D’ailleurs, c’est cette fierté, dont elle est animée à chaque fois qu’elle a la chance de tomber sur une jeune fille âgée entre 15 à 17 ans qui s’est déjà fixé un but, qui sait déjà ce qu’elle veut, qui lui donne la force de continuer. Selon elle, c’est le plus grand exploit de Passage.

« La jeune structure étant à but non lucratif, il est parfois difficile pour nous de tenir financièrement », raconte l’ambassadrice. Certains commencent à peine à prendre conscience de l’essence même de ce que fait Passage et la soutient timidement, si on en croit Ginite.

Pour Ginite Popote, Passage, avec l’ensemble de ses réalisations, représente plus qu’une association, c’est pour elle un rêve devenu réalité.

Darline Honoré Darlinehonore1324@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article