Quatre (4) bonnes raisons devant motiver notre refus de quitter Haïti

Publié le 2017-12-14 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

« Haïti, rester ou partir » est un choix extrêmement difficile tenant compte de la dure réalité que nous vivons au quotidien et qui génère un niveau de frustration nous portant à opter pour la solution facile.

Partir serait donc l’exutoire à notre découragement,à nos inquiétudes, à l’absence d’humanité, de volonté et d’actions concrètes pour changer l’existant.

Prétendre aussi que c’est une réalité que tout le monde peut supporter serait un raisonnement empreint de jugement de valeur, de manque d’honnêteté et d’objectivité.

Par contre, rester dans un pays où les nombreuses tentatives de développement ont échoué,où le succès des entreprises, facteur clé du développement économique, est mal compris et où le concept de bien commun est délibérément foulé au pied doit être définitivement un choix libre et éclairé. Ce choix doit être motivé par un élan à se mettre au travail pour provoquer des résultats positifs.

Ces résultats positifs s’obtiendront seulement si nous arrivons à combiner ces quatre (4) ingrédients indispensables au menu de l’action :

1. L’intelligence

Les personnes intelligentes possèdent la capacité de solutionner les difficultés auxquelles leur entourage et elles sont confrontés. Elles ne cherchent pas la facilité et ne communiquent pas des solutions hâtives non empreintes d’objectivité. Elles prennent plutôt le temps de cerner les enjeux importants,de réfléchir à l’enchaînement des causes d’un problème complexe et multidimensionnel, de solliciter divers points de vue et de les évaluer objectivement, de réfléchir à des solutions et d’anticiper les conséquences de chacune d’elles.

« Une personne intelligente résout un problème. » (Albert Einstein)

« L’intelligence est programmée pour la création du différent. » (Francesco Alberoni)

« L’intelligence est le seul outil qui permet à l’homme de mesurer l’étendue de son malheur. Quand on n’en a pas, on s’écrase. » (Pierre Desproges)

Haïti n’a pas besoin d’hommes qui baissent les bras quand la situation est complexe ou qui se complaisent dans leur zone de confort. Haïti recherche des hommes et des femmes capables de donner un sens à des situations problématiques et d’envisager des solutions efficaces pour les besoins et au profit de tous.

2. La résilience

Les personnes résilientes font preuve d’une grande capacité d’adaptation en situation difficile pour mieux appréhender la complexité de l’existant et s’engager dans le changement. Elles tiennent leurs promesses et respectent leurs engagements, quelle que soit la situation. Elles ne prennent pas la fuite mais cherchent à s’adapter, peu importe les contraintes imposées, sans aller au-delà de leurs limites physiques et leur état émotif. Elles sont ouvertes et savent composer avec l’incertitude.

« La résilience c’est refuser la médiocrité et l’asservissement, c’est vouloir bouger soi-même et la planète, c’est s’engager contre toutes les normalisations en faveur des diversités. » (Laurent Gervereau)

« La résilience ce n’est pas accepter l’inacceptable. La résilience c’est retrouver la normalité après avoir vécu l’anormalité. » (Boris Cyrulnik)

« La résilience c’est ne pas laisser les combats de la vie te détruire. » (Isabelle Gagné)

Haïti a besoin d’hommes et de femmes capables de voir en chaque situation complexe une occasion stimulante, de découvrir de nouvelles perspectives, de nouvelles façons de procéder pour sortir des sentiers battus.

3. Le sens relationnel poussé

Les personnes au sens relationnel poussé font preuve de sensibilité à l’égard des autres et sont capables de bâtir des rapports interpersonnels basés sur la confiance et la coopération. Elles sont capables de créer et de maintenir des interactions efficaces, dans des contextes qui se complexifient, pour se constituer des réseaux de connaissances et de personnes ressources, dans le but de répondre à des objectifs communs.

« Aucun de nous en agissant seul ne peut atteindre le succès. » (Nelson Mandela)

« Une société ne peut progresser en complexité que si elle progresse en solidarité. » (Edgar Morin)

« Seul on va plus vite. Ensemble on va plus loin. » (Proverbe africain)

« La première règle avant d’agir consiste à se mettre à la place de l’autre. Nulle vraie recherche du bien commun ne sera possible hors de là ». (Abbé Pierre)

Haïti n’a pas besoin d’hommes et de femmes qui travaillent en vase clos (dinosaures) mais de ceux qui peuvent arriver à de bons résultats ensemble, pour le bien de la communauté.

4. L’intégrité

Les personnes intègres restent authentiques et en accord avec leurs valeurs quels que soient les circonstances et l’enjeu.Elles font ce qui est juste avec de bons mobiles, non pas pour gagner des faveurs ou servir leurs intérêts.Elles s’efforcent de faire ce qui est juste même si elles n’ont pas de résultats immédiats et/ou personne ne le fait.Elles font attention à ne pas promettre quelque chose ou à dire oui, juste pour plaire, pour s’attirer les projecteurs ou éviter le conflit.

« Il n’y a pas de meilleur test de l’intégrité d’un homme que son comportement, quand il est faux». (Marvin Williams)

« La meilleure arme de persuasion que tu possèdes dans ton arsenal est l’intégrité. » (Zig Ziglar)

« L’intégrité s’applique à ce que nous faisons, ce que nous disons et ce que nous disons que nous ferons. » (Don Galer)

Haïti a besoin d’hommes et de femmes profondément loyaux qui appellent le mal par son nom, qu’on ne peut ni acheter ni vendre, et qui défendent la justice et la vérité même si l’univers s’écroule.

Que ceux ou celles qui ont une conscience sociale se réveillent de leur léthargie pour passer à l’action !

Nydia Benjamin Auteur Gestionnaire, Spécialiste en Ressources Humaines Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article