La campagne orange : 16 jours d’activisme en Haïti

Dans le cadre de la lutte mondiale contre la violence à l’égard des femmes et des filles, un groupe d’étudiants haïtiens a lancé la campagne 16JoursActivismeHaiti. Des activités de toutes sortes sont programmées durant ces 16 jours, du 25 novembre au 10 décembre. À la rencontre de l’équipe et du projet !

Publié le 2017-12-05 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Tout est parti d’une idée. Comme toujours. Une idée de Staël Nirvania Antoine, étudiante en sciences juridiques. Elle voulait marquer les 16 jours de la campagne mondiale contre la violence à l’égard des femmes et des filles, la campagne orange, par une série de messages sur les réseaux sociaux. Outrée que chez nous la gente féminine soit souvent victime de maltraitance, elle écrit le projet en une soirée, motivée certainement par sa volonté de changer les choses. Elle contacte un ami, Luigi François, et ensemble ils se lancent. Ils n’avaient pas de moyens, mais, pour une idée si noble, n’est-ce-pas la volonté qui compte avant tout ?

Le premier support qu’ils reçoivent leur va droit au cœur. Un particulier décide en effet de leur offrir des maillots imprimés, de couleur orange, pour véhiculer leur message. Dès lors, la campagne 16JoursActivismeHaïti peut commencer. Des dizaines de messages sont publiés sur Twitter, Facebook et rapidement la popularité du mouvement monte. Staël et Luigi sont rejoints par trois autres amis voulant eux aussi faire entendre leur voix, Fabigaelle Liboiron, Georgy Lundy, Kathleen Jean Charles, et deux photographes, JhoBram et Juan Carlos. Forts de ce renfort, voilà nos jeunes activistes qui sillonnent les rues de Port-au-Prince, parlent aux passants, visitent les écoles pour s’adresser aux élèves.

La campagne prend de l’ampleur grâce à la magie des réseaux sociaux, particulièrement Twitter où le hashtag #16JoursActivismeHaiti est partagé encore et encore. L’intérêt de certains membres influents du secteur féministe s’éveille et désormais la petite équipe s’agrandit, même si le noyau reste toujours soudé. Les gens sont invités à se prendre en photo avec un message écrit sur leur avant-bras pour dénoncer la violence contre les femmes et les filles. Les photos pleuvent. Les messages sont forts : « Ann kwape vyolans sou fanm », « Non se non », « Pa leve men sou nou ».

Le succès de la campagne s’affirme de plus en plus, au point que Carel Pèdre, présentateur de Chokarella, les invite à son émission. Deux jours plus tard, le 1er décembre, Wendell Théodore fait de même et les reçoit sur la Télé Métropole, à l’émission Le point. La simplicité de leur message, leur engagement, la foi qu’ils ont dans leur volonté de changement sont convaincaints. Aussi Pascal Solages, voix influente du secteur féministe, et Célia Milord décident-elles de participer à une causerie sur la violence, organisée par l’équipe de la campagne orange, à Yanvalou, le 3 décembre 2017. Cette causerie, suivie d’un court hommage aux victimes de ces actes de barbarie, est un succès.

« J’aurais préféré ne pas avoir à lire cet hommage. J’aurais voulu ne pas devoir répéter chaque mot que j’ai écrit, ces mots chargés de peine, de frustrations, et d’impuissance. Pourquoi ? Simplement parce que j’aurais aimé qu’il n’y ait aucune femme et aucune fille victimes de violences », lit Staël, émue.

L’engagement de ces jeunes prouve une chose que nous savions déjà : avec de la volonté, on peut tout faire. La fatigue, accablante, ne les décourage pas. Ils sont un modèle d’abnégation que nous serions bien inspirés de suivre.

« Ne laisser personne de côté : Mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles » est le thème mondial retenu cette année pour cette campagne. Staël et son équipe nous invitent à mêler notre voix aux leurs pour bannir ces pratiques dans notre pays où femmes et filles sont souvent considérées comme la propriété privée de certains hommes. Ces jeunes engagés ne comptent laisser personne derrière. Oui, vous avez bien lu, personne. Surtout pas vous. De fait, vous êtes invités à leur plus prochaine activité, pour clôturer la campagne : une grande marche, pancartes en main et volonté dans le cœur, pour dire non à la violence. Ce sera le 10 décembre, à partir de 10 heures. Le parcours sera dévoilé bientôt. Entre-temps, suivez la campagne orange sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #16JoursActivismeHaiti, partagez les publications, soyez des acteurs du changement.

Réagir à cet article