«Aba Lame… Viv edikasyon»,? scandent des lycéens au Cap-Haïtien

Publié le 2017-11-13 | Le Nouvelliste

National -

La police a dû faire usage, ce lundi, de gaz lacrymogène pour disperser des milliers de lycéens au Cap-Haïtien qui manifestaient pour dénoncer l`absence de professeurs dans les salles de classe.

Depuis environ trois semaines, différents lycées du département ont dû fermer leurs portes, à la suite d'un mouvement de protestation des professeurs des écoles publiques réclamant leur nomination ou des arrières de salaire.

Les élèves protestataires se sont montrés très violents durant ces manifestations qui ont fait plusieurs blessés et qui ont créé une situation de panique au centre-ville du Cap-Haïtien.

N’arrivant pas à contraindre les autres établissements scolaires de la ville à adhérer à leur mouvement à cause d’une forte présence policière, sécurisant la manifestation, les lycéens protestataires se sont alors rassemblés en petits groupes, trompant la vigilance des forces de l’ordre et ont pu attaquer les institutions scolaires privées, dont le « Collège Jean-Claude Mondésir » appartenant au maire de la ville.

Outre cette école, plusieurs autres établissements ont été pris pour cible par les jeunes manifestants qui en ont profité pour crier leur hostilité au chef de l’État Jovenel Moïse.

«Aba Lame… Viv edikasyon», scandaient les manifestants en colère.

La police a dû déployer de grands moyens pour protéger plusieurs autres institutions de la ville visées par les manifestants.

Gerard Maxineau gedemax@yahoo.fr Twittwr: @gedemax Auteur

Réagir à cet article