La CHAGHA, un nouveau-né de la vie associative haïtienne, vient d’être lancée

Une nouvelle entité vient de voir le jour dans la vie associative d’Haïti, il s’agit de la Chambre d’agriculture et des professions d’Haïti (CHAGHA) qui regroupe des professionnels de l’agriculture et de la production agro-industrielle haïtienne. À l’occasion du lancement officiel de l’organisation, un copieux cocktail a été organisé au crépuscule du jeudi soir à l’hôtel Montana. À cette cérémonie apparemment sélecte où le comité d’initiative de la CHAGHA a été présenté, des figures notoires de l’exécutif, du législatif et du secteur des affaires ont été remarquées.

Publié le 2017-11-10 | Le Nouvelliste

Economie -

C’est à la chimiste, Chantale Pierre-Louis, membre du comité d’initiative de la CHAGHA, qu’il revenait jeudi soir d'exprimer les propos de bienvenue et de faire la présentation de cette nouvelle organisation aux invités du cocktail de lancement. D’entrée de jeu, Mme Pierre-Louis a tenu à justifier la création d’une pareille structure associative dans le paysage haïtien. Selon elle, la Chambre d’agriculture et des professions d’Haïti est le produit d’une série de nécessités qui font cruellement défaut au pays : « la nécessité de mieux organiser les acteurs du secteur ; la nécessité de participer activement à la modernisation du secteur ; la nécessité de contribuer à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des entreprises du secteur ; la nécessité d’offrir une voix au secteur ».

Face aux multiples carences de la pratique et de la production agricole en Haïti, les fondateurs de la CHAGHA, en mettant sur pied cette entité, ont opté pour une nouvelle vision dans ce secteur à très fort potentiel. En effet, la CHAGHA veut promouvoir une agriculture moderne, intégrant des éléments de technologie et de connaissance disponibles en matière de de production agricole et agro-industrielle ; une agriculture productive et performante capable de répondre aux besoins de la population en constante augmentation ; une augmentation compétitive, durable et intégrée.

La mission de la CHAGHA

Pas d’organisation sans une mission clairement définie. À ce sujet, Chantale Pierre-Louis a défini une mission en quatre axes pour la CHAGHA qu’elle énumère ainsi :

- assurer une fonction de représentation auprès des pouvoirs publics et toutes autres institutions nationales et internationales ;

- contribuer au développement des affaires et à la création d’emplois durables en encourageant et facilitant toutes démarches entrepreneuriales et responsables initiées par ses membres, individuellement ou en partenariat avec d’autres opérateurs ;

- contribuer à la formulation des politiques et stratégies : la CHAGHA constitue un forum de haut niveau et pour les échanges d’idées et de points de vue au regard de toutes les grandes questions relatives au développement des exploitations et industries agricoles ;

- initier ou appuyer tous les projets, recherches et études contribuant à accompagner les agriculteurs et entrepreneurs du secteur.

Après Mme Pierre Louis, c’était au tour de l’ingénieur-agronome Erick Balthazar, président de la CHAGHA, de présenter à l’assistance le nouveau-né du secteur privé haïtien. Aux dires de M. Balthazar, la CHAGHA est le fruit d’une année d’échanges, de travaux et de discussions entre de nombreuses catégories professionnelles engagées dans la production agricole et agro-industrielle locale.

« La Chambre d’agriculture et des professions d’Haïti est le fruit d’un consensus entre les différents acteurs et intervenants dans le secteur tel que les associations de producteurs, les associations de pêcheurs, les entreprises agro-industrielles et les professionnels indépendants du secteur », a laissé entendre le président de la CHAGHA, l’institution qui se veut un guide, un regroupement fédérateur, un défenseur et un porte-voix du secteur.

« La CHAGHA offre une opportunité sans précédent de mettre en réseau les producteurs, les agro-industriels dans le cadre d’un accord gagnant-gagnant, le développement des filières de l’agro-industrie. La connexion entre les acteurs permettra de créer la synergie nécessaire et indispensable au développement du secteur agricole et industriel », explique l’agronome Balthazar, qui croit qu’au-delà des divergences qui caractérisent le social haïtien, il est grand temps de contribuer aux efforts de relance, d’organisation de l’économie à travers les bases de la production agricole nationale.

« C’est la raison pour laquelle nous prenons à témoin ce soir des représentants de l’exécutifs, du législatif, du secteur privé des affaires, des représentants des partenaires financiers d’Haïti, des représentants du corps diplomatique, des partis politiques pour leur signifier que nous devons changer de paradigme » qui invite l’exécutif, le législatif, le secteur financier et les responsables d’université à jouer chacun leur participation afin de remettre le secteur sur la voie d’une croissance économique soutenue, intégrée, susceptible de créer des richesses pour le développement d’Haïti.

En marge de la cérémonie du lancement de la CHAGHA, le ministre de l’Agriculture, M. Carmel André-Béliard, présent parmi les invités, a été convié à donner son point de vue sur la naissance de la nouvelle entité. « C’est une initiative que nous accueillons favorablement au MARNDR parce que le discours du président de CHAGHA concorde parfaitement avec la feuille de route qui nous a été octroyée par le gouvernement Moise/Lafontant. À un moment où le secteur fait face à des enjeux de taille, aléas climatique, problème de chômage, la migration massive des jeunes délaissant le pays, le vieillissement de la main-d’œuvre agricole, nous avons besoin de partenaires pour nous aider à faire face à ces problèmes », a déclaré le ministre, qui croit que c’est une initiative louable que le MARNDR va appuyer grandement.

« D’ailleurs, de par la composition de cette chambre qui comprend des producteurs, des agro-industriels et la volonté du président de travailler en synergie avec le Parlement pour faciliter les champs d’action de la nouvelle organisation à travailler pour une agriculture moderne et compétitive et créatrice d’emplois et de richesses, on peut dire que la naissance la CHAGHA ne peut être que salutaire pour le pays », a poursuivi le ministre soulignant au passage qu’il n’y a pas moyen de s’attendre à des frictions entre le MARNDR et ce nouveau-né du secteur.

Pour appuyer ses dires, Carmel André-Béliard a expliqué qu’au niveau de son ministère il existait déjà une unité qui travaille à la promotion des investissements dans le secteur agricole et il en a profité pour annoncer la signature prochaine d’un protocole d’accord avec la CHAGHA à ce sujet.

Au terme de la cérémonie de lancement de la CHAGHA, le président Érick Balthazar a présenté le comité d’initiative à l’assistance. Un comité composé de professionnels du secteur répartis sur les départements dont :

Erick Balthazar (STRATEGE), président ; Maryse Jean Louis Jumelle, (Delices), vice-présidente ;

Jean Maurice Buteau, vice-président ; Douglas Wiener, (Selecto), secrétaire

Kenneth Michel, (Étoile du Nord S.A), trésorier ; Gregory Brandt, (GLC), conseiller en relation institutionnelle et Internationale ;

Marino Étienne (SOPRAICE), département du Centre, Conseiller ;

Markès Jean Baptiste (Chambre d’agriculture et des métiers de l’Artibonite) (CHAMA), conseiller ;

Chantale Pierre Louis, conseillère en agro-industrie et redéveloppement de l’entrepreneuriat

Smith Métellus (FECHAN (Nord), Conseiller

Roger Descorbeth, COPRAVBAP, Grand'Anse, conseiller ;

Pierre F. Patrix Sévère (Département du Sud), conseiller ;

Alexandre Telfort Fils (Département du Nord-Ouest), Conseiller ;

Sterlin Saint-Cyr, (Association nationale des Pêcheurs haïtiens), Conseiller ;

Carl Éric Staco (Haïti Broilers), Conseiller.

Réagir à cet article