Haïti et les États-Unis après la désoccupation: Quoi de neuf ?

Publié le 2017-11-23 | Le Nouvelliste

Société -

Par Watson Denis, Ph.D

Dans le cadre des activités de remémoration du centenaire de l’occupation des États-Unis d’Amérique en Haïti, la Société haïtienne, d’histoire, de géographie et de géologie (SHHGG) a organisé le vendredi 13 octobre 2017, dans ses locaux au Canapé-Vert, une rencontre en vue de présenter au public haïtien le livre du Dr Chantalle F. Verna, intitulé : « Haiti and the Uses of America. Post US Occupation Promises ». Au cours de cette rencontre, présidée par le professeur Pierre Buteau et animée par le professeur Watson Denis, secrétaire général de la SHHGG, l’auteure a signé des exemplaires de son ouvrage pour le public qui a fait le déplacement. De plus, elle a fait une présentation sommaire dudit ouvrage de 235 pages, sorti en juin dernier sous le label des presses de l’Université Rutgers, à New Jersey, États-Unis d’Amérique.

L’ouvrage suscite de l’intérêt, il y a quelque chose de neuf. Contrairement aux idées reçues et propagées, ce texte de Chantalle F. Verna met l’accent, entre autres, sur les moments de coopération bilatérale entre la République d’Haïti et les États-Unis d’Amérique après la désoccupation du pays, soit après 1934 qui coïncide avec la politique du « Bon voisinage » définie par l’administration de Franklin Delano Roosevelt.

L’ouvrage de Chantalle F. Verna ouvre un débat, nécessaire. Cet ouvrage trouvera certainement une place importante dans la gamme des études portant sur les relations haïtiano-nord-américaines. On peut déjà se demander s’il viendra établir de nouvelles perspectives de compréhension à l’égard des relations diplomatiques entre Haïti et les Etats-Unis d’Amérique, les deux premières républiques indépendantes du Nouveau-Monde. Ceux et celles qui liront l’ouvrage dégageront leurs propres conclusions. Il est indiqué que certains exemplaires de cet ouvrage seront disponibles dans les librairies de la place.

Par ailleurs, l’auteure, professeure d’histoire et des relations internationales à FIU (Florida International University), a profité de la présentation et la signature de son livre au local de la SHHGG pour faire une causerie relative à « La fin de l’occupation des États-Unis en Haïti (1915-1934) et la fin de la mission de la MINUSTAH (2004- 2017. Les leçons à apprendre ». Au cours de cette causerie, elle a souligné qu’il y a des similitudes étonnantes entre les deux périodes. Parmi ces similitudes, elle a parlé, entre autres, des inquiétudes des secteurs de la population qui se demandent à chaque fois, après le départ des troupes étrangères, si l’État haïtien est prêt à assumer la sécurité et la stabilité du pays.

De la désoccupation nord-américaine en 1934 au retrait de la MINUSTAH en 2017, les voies de l’indépendance de l’État haïtien et de la souveraineté populaire sont sinueuses.

Prof. Watson Denis, Ph.D

Professeur d’histoire et des relations internationales à l’Université d’État d’Haïti (UEH)

15 octobre 2017

watsondenis@yahoo.com

Réagir à cet article