Vivre mieux en Haïti/Viv pi byen an Ayiti

Soignez votre réputation, votre crédit est sous surveillance

Publié le 2017-07-14 | Le Nouvelliste

National -

En mars 2016, les banques haïtiennes avaient 135 693 dossiers de crédit. Un nouveau dispositif va leur permettre de mieux superviser les bénéficiaires de crédit. Cela peut aboutir à réduire le nombre de clients délinquants et à fournir du crédit à un plus grand nombre de personnes dans le pays. Avec l’existence active du Bureau d’information sur le crédit (BIC), chaque acteur du marché des emprunts a intérêt à soigner son profil et à assumer ses responsabilités envers chaque crédit. Chaque détenteur d’un crédit bancaire ou d’une carte de crédit est désormais scruté à la loupe par les autorités financières. L’objectif est d’établir un rapport de crédit pour chaque client, rapport qui, dans les mois et années qui viennent, aura un impact important sur leur capacité à obtenir de nouveaux crédits, a appris Le Nouvelliste. Depuis le 3 juillet 2017, un nouvel organisme surveille votre santé financière : le Bureau d’information sur le crédit (BIC). Cet organisme, qui relève de la Banque de la République d’Haïti (BRH), collecte des informations sur tous les détenteurs d’un crédit bancaire ou d’une carte de crédit en Haïti et partage ces informations avec les institutions qui sont affiliées au Bureau pour leur permettre de prendre de bonnes décisions au moment de renouveler, de renégocier ou d’octroyer un crédit ou une carte de crédit. « En collectant des informations (positives et négatives) sur les dossiers de crédit des emprunteurs auprès de différentes institutions financières et en les partageant avec celles-ci via ses «rapports de crédit», le Bureau d’information sur le crédit (BIC), fournit au système financier un outil d’aide à la décision de crédit », a expliqué au Nouvelliste un haut cadre de la UNIBANK. « Bientôt, ceux qui ont des prêts en désordre sont endettés dans plusieurs institutions ou qui sont des délinquants n’auront plus la possibilité de faire de nouveaux emprunts », averti une responsable de la Banque de la République d’Haïti interrogée par le journal. « Dorénavant, on dira non à un client surendetté, on pourra aussi accorder plus facilement un crédit à quelqu’un qui n’a pas d’historique de crédit, mais qui détient un rapport de crédit sans tache. Il ne sera plus nécessaire d’être connu, votre rapport de crédit parlera pour vous. Les banques seront en capacité de rationaliser leur prise de décision grâce au Bureau d’information sur le crédit (BIC) », estime cette responsable de la banque des banques. Les nouvelles facilités offertes par le Bureau d’information sur le crédit s’accompagnent d’obligation pour les banques. Le dossier de chaque client devra contenir son rapport de crédit et les inspecteurs de la BRH y veilleront sous peine de sanction pour les contrevenants. « Pour un client qui détient un historique de crédit positif, cela signifie que les banques devraient pouvoir traiter plus rapidement ses nouvelles requêtes de crédit. Par contre, pour un client avec des antécédents de crédit négatifs, les banques devront probablement investiguer davantage sur sa capacité de remboursement, chercher à renforcer les garanties, etc., ce qui peut impliquer un temps de réponse plus long, voire le refus du crédit », selon notre source de la UNIBANK. Les clients des banques et des institutions émettrices de carte de crédit sont en train d’être avertis de l’existence de ce nouveau surveillant qui a pris service en fonction de la circulaire 105-1 de la Banque de la République d’Haïti datée du 3 avril 2017. Le rapport de crédit ne sera pas le seul élément pris en compte dans l’analyse d’un crédit, il ne sera pas décisif dans les premiers temps pour peser sur les décisions, mais il devrait s’imposer au fil du temps si tous les acteurs jouent la transparence pour rendre cet outil fiable. Ceci dit, « tout client qui a un crédit bancaire doit prendre la précaution élémentaire de bien le gérer : paiement régulier des mensualités, aux dates convenues, sans aucun retard, pour avoir un bon profil d’emprunteur dans le système financier », rappelle la banquière de la UNIBANK. En mars 2016, 135 693 crédits étaient octroyés par les huit banques actives sur ce marché, selon les statistiques disponibles sur le site de la BRH. Avec l’entrée en jeu du Bureau d’information sur le crédit (BIC), les autorités et les acteurs du crédit vont pouvoir moderniser leur méthode et améliorer la gestion des risques financiers en maitrisant les informations sur l’endettement et la solidité des débiteurs.

Réagir à cet article